Dictionnaire! & technologies

6 juillet 2012

Le Tour de France vu du ciel : Les hélicoptères de prise de vue et relais

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , , , , , , ,
Eric Veyssiere & Franck Arrestier devant un Hélicoptère A 355 aux couleurs du Tour de France

Et 1 et 2 hélicoptères pour les prises de vues… Et une, et 2 et 3 caméras au total sur ces deux hélicos… Et un et deux hélicoptères supplémentaires, relais des images…

Comment travaillent ces pilotes, cadreurs et techniciens HF chaque jour sur le Tour de France ?

Le Tour de France ce sont à la fois des images des caméras motos mais aussi des images vues du ciel filmées depuis des hélicoptères, le tout géré par Euro Media France pour France Télévisions.

L’un des deux cadreurs hélico du Tour de France 2012, Vincent Houeix, était encore l’an passé cadreur moto. Il cadre pour la première fois ce Tour dans un hélicoptère. Eric Veyssière, le cadreur de l’hélico 1 un habitué de la course  lui a fait un joli compliment en me précisant qu’il était « très talentueux ».

Le travail en hélico est un travail d’équipe.

En effet, une image ne peut être réalisée sans une entente parfaite entre le cadreur et son pilote. Eric Veyssière travaille depuis 20 ans avec Franck Arrestier. Le pilote de l’hélicoptère 2 est Richard Sarrazy.

A leurs cotés se trouve aussi un technicien HF d’Euro Media France.

Enfin pas d’images d’hélicoptères sans un hélicoptère relais et sans un point relais placé sur un point haut.

En effet les images des hélicoptères transitent toutes par un hélicoptère relais. Dès qu’un hélicoptère images est en l’air (parfois à moins de 50 m de hauteur par rapport aux cyclistes), un autre hélicoptère relais est placé à 1000 m au dessus de lui.

Cet hélicoptère relais transmet les images de l’hélicoptère prise de vue mais aussi de caméras motos situées dans la même zone à un car relais situé sur un point haut de la course qui transmet à son tour les images soit en hertzien vers le car HF Euro Media France situé sur la ligne d’arrivée ou via satellite à la régie de la ligne d’arrivée.

Souvenez-vous dispositif HF du précédent article qui vous présentait l’ensemble du dispositif France Télévisions sur le Tour de France.

Chaque hélicoptère prise de vues est en permanence en binôme avec son hélicoptère relais. Ils décollent ensemble, se survolent pendant la prise de vue, partent « refiouler » ensemble quand cela est nécessaire et le soir vont stationner dans un aérodrome situé au plus près de la zone de départ pour l’étape du lendemain.

Après certaines étapes, quand la ville de départ de l’étape du lendemain est éloignée, il faut donc « tracer en ligne droite » jusqu’à ce point de départ à 220 km/h.

Lors des ravitaillements pendant une course, les hélicoptères rejoignent un camion essence parfois stationné dans un champ, dans un lieu calé à l’avance lors de la préparation du Tour. Le camion ravitaillement suit les équipages pendant tout le Tour.

Les hélicoptères prise de vue sont des hélicoptères Ecureuil AS 355 biturbine de Hélicoptère de france équipés par Euro Media France mais, lors des étapes de haute montagne, à partir du 11 juillet, changement d’hélicoptère pour l’équipe 1. On passe à un hélicoptère Ecureuil Eurocopter AS 350 B3 monoturbine (Birdvision) beaucoup plus puissant. Tout l’équipement caméras et HF sera donc démonté lors de la journée de repos du 10 juillet avant les étapes des Alpes.

Cet hélicoptère B3 peut soulever beaucoup de poids. Avec lui l’équipage pourra plus facilement s’approcher des coureurs pendant les étapes de montagne… sans bien sûr les gêner (ou les avantager) avec le vent.

Le vent n’est pas trop gênant pour des hélicoptères robustes sauf peut-être quand il s’agit d’un vent arrière. Par contre, par temps de brouillard ou de nuages bas, les hélicoptères restent cloués au sol. Seules les motos peuvent alors tourner, relayées par un avion relais qui fonctionne aux instruments et non à vue.

Les deux hélicoptères Prise de vue ne sont pas tout à fait équipés de la même manière. En effet, Eric Veyssière dispose non pas d’une caméra gyrostabilisée équipée d’une optique Cineflex mais de deux.

En effet, son hélicoptère est équipé d’une caméra très longue focale (42x) et d’une seconde caméra Grand angle 4,5 x 13.

Eric Veyssiere & Franck Arrestier devant un Hélicoptère A 355 aux couleurs du Tour de France

Sur cette photo il y a deux jours, la caméra à l’avant de l’hélicoptère est la longue focale, la caméra sur le coté, la grand angle. (Sur le B3, les caméras seront disposées différemment)

La première caméra est particulièrement adaptée à la course, quand elle est « sportive », la caméra grand angle est destinée aux plans des châteaux, des paysages de France. Mais le cadreur peut parfois faire des choix différents, cela s’appelle de l’expérience.

En effet le Tour de France sur France 2 et France 3 est une course (si si !) mais c’est aussi une visite vue du ciel de la France et de son patrimoine.

Et ce travail de présentation des paysages et des monuments est géré de façon très précise.

Cela commence par le repérage de Jean Maurice Ooghe. Il repère alors et note tous les monuments, lieux, paysages qui seront présentés lors de chaque étape.

Ces lieux sont notés avec précision sur un Roadbook que tous les commentateurs à travers le monde ont devant les yeux pendant la course.

Eric Veyssière et son pilote Franck Arrestier doivent donc tous les montrer et plus important encore, dans l’ordre pour éviter qu’un commentateur étranger confonde un moulin à vent avec une centrale nucléaire! Ainsi chaque journée commence par un découpage complet du roadbook. Pendant la course, pendant le vol, Franck Arrestier suit le roadbook et prévient le cadreur quand ils s’approchent de tel ou tel point repérable.

C’est aussi Franck Arrestier qui repère les motifs vus du ciel composés dans les champs par les français, les animations créés pour l’occasion et qui étonnent toujours l’équipage de l’hélicoptère. Ils ne ratent pas non plus les animaux comme les chevaux, les aigles notamment quand ils survolent comme ce sera encore le cas cette année encore la Falaise aux vautours.

L’hélicoptère 1 est équipé de deux caméras. Le cadreur a donc deux pupitres de contrôle, et pourtant seul un signal arrive au car régie. C’est au cadreur et au technicien HF d’envoyer le signal de l’une ou de l’autre des caméras selon la situation sur la course et les demandes du réalisateur.

Eric Veyssiere dans un hélicoptère Ecureuil AS 355 – Tour de France

Le technicien HF surveille la partie HF mais affine aussi la qualité des images, la vision, en accord avec un directeur de la photographie.

Le pilote de hélicoptère relais est aussi accompagné d’un technicien HF. Ils sont tous les deux installés à l’avant et le matériel de réception occupe les deux places arrière (250 kg).

Jean Louvet est l’un des deux pilotes d’hélicoptères relais, c’est un ancien gendarme. (Philippe Fléchard est le pilote du second hélico relais) Pendant le Tour de France il est aux commandes d’un Ecureuil B2 et vole bien plus haut que l’hélicoptère images, entre 1000 et 2000 m en plaine et jusqu’à 4000 m d’altitude en Montagne. C’est déjà désormais son 12ème tour de France.  (Il a commencé à piloter un hélicoptère en 1965 !)

A ses cotés Soufiane Berrichi, technicien HF. Celui-ci vérifie la qualité des signaux mais gère aussi les images à récupérer et envoyer sur la ligne d’arrivée. En effet l’hélicoptère relais récupère le signal d’un hélicoptère mais aussi le signal d’une ou deux motos si elles sont bien situées dans le cône de réception sous l’hélicoptère.

Le pilote suit l’hélicoptère et les motos à vue mais aussi via des positions GPS. L’hélicoptère ne peut rester trop longtemps en position stationnaire. Il doit donc effectuer de petits mouvements qu’il cale principalement en fonction de la position des motos.

En effet, Jean Louvet me précise qu’il ne doit jamais y avoir d’obstacles entre la moto et l’hélicoptère, pas de bâtiment, de morceau de mur etc. Le vol est donc assez technique pour bien se positionner en permanence par rapport à une ou deux motos.

Sachez par ailleurs que, pendant la durée d’une étape, il n’y a pas en permanence deux hélicoptères.

Voici un exemple de planning  celui de la première étape partie de Liège :

Le début d’antenne était prévu à 13h56. C’est alors l’hélico 2 qui était présent à l’heure après un décollage à 13h35 de Liège.

L’hélico 1 est alors arrivé à 15h35 à 72 km de l’arrivée. Il avait alors assez d’autonomie (3h maximum) pour aller jusqu’au bout de l’étape et proposer encore 15 minutes de beauty shots autour de la ville d’arrivée.

Dès l’arrivée de l’hélicoptère 1, l’hélicoptère 2 est parti «refiouler » et est revenu à 28km de l’arrivée pour couvrir la fin de la course (45 minutes estimées dans le planning) Cela s’appelle travailler « en tiroir »!

La couverture d’une étape du tour commence aussi parfois avec seulement 3 motos sur les 5 prévues.

Pour terminer cet article revenons à notre équipage de l’hélico 1, Eric Veyssière et Franck Arrestier. Comment travaillent-ils ensemble?

Ils se parlent peu m’ont-ils expliqué. Il est vrai qu’il forment presque un « vieux couple ». Ils ont des automatismes. Ils ont travaillé ensemble sur de nombreux Tour de France, sur des Dakar et sur la partie Africaine de Home de Yann Arthus Bertrand et sur des longs métrages.

Ils ont reçu récemment un AWARD of Excellence 2012 délivré par The Guild of Television Cameramen pour le Tour de France 2011.

Le pilote positionne son hélicoptère et donc les caméras. Eric Veyssière lui reconnait par ailleurs des qualités de cadreur, il sait bien positionner son hélicoptère pour permettre de belles images. Il peut rester quelques minutes en stationnaire ou plus souvent en mouvement à faible vitesse pour un hélicoptère c’est à dire à 40 km/h.

Eric Veyssière lui demande parfois de se décaler un peu pour utiliser telle ou telle amorce. Il regarde assez peu à l’extérieur, il se guide avec son moniteur de contrôle et doit rester très concentré. Le pilote est ses yeux à l’extérieur, il lui propose de se rapprocher ou des travellings quand le relief le permet.

La difficulté pour un cadreur d’hélicoptère est « d’être bon tous les jours. Etre bon 2 ou 3 jours de suite cela va mais pendant tout un tour c’est plus difficile. Il y a des jours où je ne vois plus rien.. Gros coup de fatigue »!

Ils ont tous les deux aussi de nombreux beaux souvenirs du Tour de France dont les fameuses animations du public.

L’un de leurs meilleurs souvenirs a aussi été primé. Lance Armstrong avait quitté la route accidentellement et poursuivi son chemin en ligne droite à travers un champ avant de rejoindre le peloton lors du virage suivant. La réalisation en direct de cette séquence leur avait valu un prix.

Franck Arrestier aux commande du Biturbine AS 355 – Tour de France

Toutes les informations sur le Tour de France version France Télévisions : le dossier

En bonus, suggestion d’un lecteur en commentaires, un making of  particulièrement bien réalisé de Paris Roubaix qui vous montre notamment les hélicos…


Media(s) un autre regard est désormais en sommeil. Les explications dans cet article Making of(f)!

Vous pouvez cependant continuer à suivre les commentaires sur l’actu TV sur le fil Twitter et sur mon compte personnel : @Emmanuelmatt

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)






7 commentaires


  1. Thierry

    Merci pour ce nouveau focus.A voir le synoptique,il ne reste plus qu’à zoomer sur les motos son.


    • Thierry, pour être précis, il n’y pas de motos son en tant que tel car ce sont les caméras motos qui sont équipées de micro et d’où provient le son de la course.

      Les motos son sont celles des commentateurs qui interviennent de temps à autre du coeur de la course.


  2. ROUET Bernard

    Merci Emmanuel pour se reportage sur les hélicos images et hf, je croyais que Bruno CUSA était sur l’hélico image 2 alors que cette année c’est Vincent HOUEIX.


  3. ROUET Bernard

    Voici un lien vers une vidéo sur les coulisses des moyens hf lors d’un Paris Roubaix avec itw de notre réalisateur préféré et de Jean Louvet pilote de l’hélico hf. Lien: http://www.youtube.com/watch?v=PPw4opPBRjE


  4. ROUET Bernard

    Pour Jean Maurice OOGHE, quand l’hélico est à l’antenne incrusté hélico et non le numéro de la moto c’est plus logique et indiquer de temps en temps le nom des cadreurs hf et pilote moto merci pour eux.


  5. manu

    Rectification ! La fameuse image ou Armstrong traverse le champ Pilote helico :Richard SARRAZY avec Éric VEYSSIERE …



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *