Coulisses des émissions

9 août 2012

Réalisation double pour l’athlétisme des Jeux Olympiques sur France Télévisions

Christophe Lemaitre interviewé par Nelson Monfort dans la Zone Mixte - Jeux Olympiques Londres 2012 - France Télévisions © Marie-Laurence HAROT / FTV

Plusieurs compétitions en même temps dans le stade d’athlétisme de Stratford, 4 signaux avec les images des compétitions, 4 signaux pour les 5 caméras privatives de France Télévisions, le tout à disposition à Paris de Christophe Baudoin, réalisateur chargé d’en réaliser un signal unique qui alimente la régie générale de réalisation des Jeux Olympiques sur France Télévisions. Explications

Tout cela se passe toujours dans la régie 2 dans les locaux de France Télévisions à Paris mais dans la zone habituellement dédiée à la vision pour les caméras habituellement en plateau à France Télévisions.

Jeux Olympiques sur France Télévisions – La régie 2 et la régie annexe pour l’Athlétisme

Vous reconnaissez la régie 2 de France Télévisions (la visite) dans laquelle sont réalisés en direct les Jeux Olympiques sur France 2 et France 3.  Aux commandes Didier Fraisse, coordinateur de la réalisation des Jeux sur France Télévisions.

Face à lui le mur d’images et les nombreuses sources. Lors de la diffusion d’épreuves d’athlétisme, Didier Fraisse n’a qu’un signal à regarder et à mettre à l’antenne, celui encadré en rouge et réalisé à coté de lui dans la seconde régie. Mis à l’antenne le signal de l’athlétisme apparaît alors sur les différents écrans du PGM (du ProGraMme), je les ai encadrés en rouge hachuré.

La régie annexe se trouve au fond sur la photo, dans la zone Ingé Vision inoccupée pour l’occasion.

Une seconde régie a été installée avec un mélangeur Kayak astucieusement configuré. Aux commandes, Christophe Baudoin, réalisateur assisté d’une scripte (à sa gauche), d’un truquiste et d’un coordinateur. La mission de Christophe Baudoin : réaliser toute la partie athlétisme qui est alors injectée en direct dans la réalisation générale des Jeux olympiques.

Christophe Baudoin et son équipe dans la régie annexe d’Athlétisme – Jeux Olympiques sur France Télévisions

Comme vous les savez désormais (Le dispositif France Télévisions), toutes les images des caméras France Télévisions à Londres (plateau, zone mixe, poste commentateur), toutes les images des compétitions arrivent à Paris grâce à 40 fibres. Didier Fraisse, avec son équipe de réalisateurs, réalise alors le programme depuis la régie 2 de France Télévisions en mélangeant des images du plateau, du bus, des épreuves etc.

L’athlétisme rassemble de nombreuses et diverses compétitions sur un même site : les courses, prioritaires à l’antenne, le lancer de poids, de javelot, le saut… Plusieurs de ses compétitions se déroulent en même temps dans le stade de Statforf, celui de la cérémonie d’ouverture.

Une bonne réalisation d’un meeting d’athlétisme consiste à enchainer à montrer toutes courses en direct tout en alternant avec des images des autres compétitions lors de moments importants et si possible en direct : passage d’un français, passage d’un favori, moment où la compétition peut basculer etc. Cela nécessite le travail d’un réalisateur et d’une équipe d’opérateurs LSM supplémentaires.

C’est pour cela que lors de ces Jeux Olympiques, un réalisateur est dédié uniquement à la réalisation de toutes les images en provenance du Stade de Stratford. Le réalisateur final du programme ne récupère alors plus qu’un signal pour toutes les épreuves d’athlétisme, un signal qu’il commute avec les autres compétitions des Jeux et avec des passages sur le plateau continuité.

Voyez sur cette photo :

L’athlétisme aux Jeux Olympiques sur France Télévisions – Double réalisation

Entouré d’un cadre rouge, face à Christophe Baudoin, vous apercevez le résultat de sa réalisation : un plan à 4 des commentateurs d’athlétisme. Cette image arrivée à coté, dans la régie principale, est associée par Didier Fraisse à une image du plateau (Le Cube) dans un écran double fenêtre.

Vous pouvez voir le résultat dans le final (l’écran en haut du monitoring): à gauche le signal de la réalisation de l’Athétisme par Christophe Boudoin, à droite une image d’une caméra sur le plateau à Londres.

La seconde régie de réalisation dédiée à l’athlétisme est organisée comme la principale :
– des signaux internationaux des compétitions
– les caméras des commentateurs : Comme en natation, une plateforme spéciale a été installée dans le stade. Le décor est un double de celui de la natation en photo ci-dessous.

Postes commentateurs (Alex Boyon, Michel Rousseau & Roxana Maracineanu) – Plateforme Natation – Jeux Olympiques Londres 2012 – France Télévisions

– la caméra Zone mixte des interviews. (La ZN ou ZNM… Zone Nelson Monfort!)

Christophe Lemaitre interviewé par Nelson Monfort dans la Zone Mixte – Jeux Olympiques Londres 2012 – France Télévisions © Marie-Laurence HAROT / FTV

(Pour en savoir plus sur les positions commentateurs)

– Une équipe de réalisation
– Des moyens de trucage pour les habillages multifenêtres etc.
– Des opérateurs LSM chargés des ralentis, de rediffuser des séquences, de diffuser des séquences en léger différé. Dédiés uniquement à l’athlétisme, ils ont été installés dans la régie principale, au poste du responsable technique de la régie.

Les deux opérateurs LSM – Athlétisme France Télévisions / Jeux Olympiques – Régie 2

– Un ingénieur du son.

L’ingénieur du son de la partie athlétisme est installé dans une annexe de la régie son principale de la régie 2. Vous l’apercevez à droite dans une pièce moins spacieuse, devant une console son moins imposante.

La seconde régie son de la régie 2 à France Télévisions – Jeux Olympiques

Retour en régie images :

Christophe Baudoin reçoit 4 signaux internationaux des organisateurs des JO : un signal des courses, un signal de deux autres épreuves (parfois plus) et un signal, un « feed » dit « intégré ».

Le signal intégré est déjà une réalisation qui combine les trois autres signaux des compétitions. Il est destiné en priorité à tous les diffuseurs qui n’ont pas les moyens de réaliser leur propre signal d’athlétisme.

Christophe Baudoin n’utilise jamais ce signal en direct. A lui de réaliser un signal du même type mais dédié, habillé pour le public français. Par contre ce signal est enregistré et surveillé par l’un des 2 opérateurs LSM de l’athlétisme. En effet, sur ce flux image sont diffusées par moment des images de la chambre d’appel (la zone où patientent les athlètes avant leur entrée dans le stade), des images du terrain d’entrainement. Christophe Baudoin utilisera par exemple un peu plus tard ces images via les LSM pour faire monter la pression avant telle ou telle course en direct.

Voici le résultat sur le monitoring en régie :

Le monitoring d’athlétisme – Christophe Baudoin – Londres 2012 – France Télévisions

Dans le cadre bleu, les signaux internationaux des épreuves : à gauche le signal intégré, plus à droite : la perche, le poids et les courses (track). Il peut y avoir un signal supplémentaire quand les épreuves sur le stade sont plus nombreuses.

A leur droite, dans le cadre jaune, les 4 signaux des 5 caméras supplémentaires France Télévisions dans le stade. De gauche à droite, la caméra zone mixte, la caméra travelling face aux commentateurs, les 2 caméras supplémentaires à Jardin et Cour pour des gros plans sur les commentateurs.

Et la 5ème caméra? Il s’agit de la caméra Head on, celle qui est placée dans le prolongement de la ligne d’arrivée des coureurs. Elle n’apparaît cependant pas dans le monitoring à ce moment là. En effet, sur demande depuis Paris, la régie technique à Londres envoie soit la caméra Head on, soit la caméra travelling dans le même signal.

Economie de signaux mais logique aussi car, dès que les commentateurs commentent les compétitions ils se retournent vers la piste. La caméra travelling ne serait plus utile. Les deux autres caméras du plateaux quittent les commentateurs pour filmer, tenter de filmer, d’autres images dans le stade. Vous voyez tout cela dans la vignette entourée de blanc en bas à droite de la photo : le monitoring des caméras France Télévisions pendant une épreuve : Image Zone mixte (vide), Head on, 2 caméras commentateurs orientées vers le public et le stade.

Dans le cadre orange, les images des 4 LSM. Un opérateur suit en permanence les courses, le second les 2 ou 3 autres épreuves simultanées.

Les deux caméras commentateurs « tentent » de filmer le public et les athlètes français dans le stade. En effet, les équipes avaient pensé à équiper ces caméras de focales plus longues pour « cibler » les athlètes français dans le stade mais ces optiques ne permettaient plus de filmer les commentateurs à 2 mètres des caméras. Le choix a été fait de les équiper d’optiques normales pour filmer en priorité les commentateurs.

La caméra Head on n’est pas plus vernie. En effet, placée face à la ligne d’arrivée, elle aurait pu aussi suivre des coureurs ou des athlètes sur le stade avec sa longue focale (x87). Mais finalement ce n’est pas le vraiment le cas car les caméras Head on sont très nombreuses et dès que le cadreur panote à droite il gène la caméra d’à coté!  Et ne parlons pas de la caméra Zone Mixte bien trop loin de la piste.

Il y a une caméra qui semble plutôt bien fonctionner, la caméra travelling Mini X track de XD Motion. Cette caméra réalise de façon automatique et sans limite de durée des travellings gauche et droite face aux commentateurs. Développée par Deep vision pour une installation au fond d’un bassin de natation, elle a été installée devant les deux plateformes France Télévisions.

La voici au moment de son installation. Le décor de la plateforme n’est pas encore installé et le décor de la cérémonie d’ouverture pas totalement non plus : (La réalisation de la cérémonie d’ouverture…)

Le Mini X track XD Motion – Deep Vision – Jeux Olympiques – Stade de Stratford – Londres 2012

Voilà pour la partie technique de la réalisation.

J’ai aussi demandé à Christophe Baudoin comment il évitait les faux plans, ces moments où deux images s’enchaînent de façon très rapide et donc désagréable pour l’oeil (enfin même les 2 yeux) du téléspectateur. Pourquoi cette question? Et bien car Christophe Baudoin doit assembler des images déjà réalisées par plusieurs réalisateurs à Londres.

Le réalisateur d’une épreuve à Londres commute les images de ses différentes caméras pendant la réalisation d’une épreuve. Christophe Baudoin doit à son tour insérer les images de ses caméras, passer à une autre épreuve sans que sa commute ne se fasse quelques images après celle du réalisateur et donne l’impression d’un faux plan.

Pas toujours simple à faire mais Christophe Boudoin nous explique qu’il faut attendre la commute du réalisateur sur place. Dès qu’il a passé une image on sait (on espère) qu’il ne va pas en passer une autre dans les 2 secondes, c’est le moment de reprendre la main à Paris.

Christophe Baudoin passe aussi parfois par des plans publics réalisés par ses caméras pour faire la transition avec des images diffusées en léger différé, pour patienter quelques secondes avant qu’un athlète français passe dans un autre atelier.

Voilà pour cette réalisation de la partie athlétisme.

Pour conclure, quelques images de la réalisation d’une course aux Jeux Olympiques de Londres grâce aux photos de Marie-Laurence HAROT (France Télévisions)

Usain Bolt – Christophe Lemaitre – Stade de Stratford – Jeux Olympiques – Londres 2012 / © Marie-Laurence HAROT / FTV

Sur la photo de gauche, au moment du départ d’Usain Bolt, vous apercevez au premier plan plusieurs caméras lourdes, HD (dossard bleu) et 3D relief (cadreurs dossard vert)

La photo du centre pendant une course de qualification de Christophe Lemaitre vous montre le speedtrack double caméra qui accompagne les coureurs le long de la piste sur un rail.

La photo de droite vous montre les deux opérateurs steadicam qui accueillent le vainqueur de la course ainsi qu’un second coureur.

Pour en savoir plus sur la réalisation d’un meeting d’athlétisme

Pour lire ou relire l’article sur la réalisation d’un match de Rugby en 3D relief par Christophe Baudouin.

Les Jeux Olympiques sur France Télévisions, les coulisses, le dossier complet


Media(s) un autre regard est désormais en sommeil. Les explications dans cet article Making of(f)!

Vous pouvez cependant continuer à suivre les commentaires sur l’actu TV sur le fil Twitter et sur mon compte personnel : @Emmanuelmatt

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)






4 commentaires


  1. Amo

    beau boulot France TV.
    mais, mais, mais !!…
    une grosse critique toutefois : la trop grande recherche du vrai direct absolu, au détriment du confort et de la logique pour le téléspectateur !

    explications :
    par exemple, on est en train de suivre une série qui se révèle ‘prenante’ dans une compétition, et hop, avant même que l’épreuve soit achevée, on saute illico à un autre sport, parce qu’un français est en lice dans cette épreuve ; et une fois celle-ci terminée, on revient ensuite au 1er sport.
    Résultat : on a tronqué le 1er sport, et on n’a pas non plus bien vu celui du français, parce qu’on a vu que son épreuve, et pas les autres, dans lesquelles figurent pourtant les futurs concurrents du français, si il passe le tour.
    Bien des fois, il serait si simple d’enregistrer l’épreuve importante qui va commencer, et de la diffuser avec qq minutes de décalage. Quand bien même il y a un français (sauf les épreuves super majeures, genre 1/2 ou finale).
    Car en fait, le téléspectateur qui suit des heures de retransmission : IL S’EN FOUT QUE LA COURSE OU LE COMBAT QU’IL EST EN TRAIN D’APPRÉCIER SE SOIT EN RÉALITÉ DÉROULÉ IL Y A 15 MN !!

    Les seuls que ça peut éventuellement gêner, ce sont ceux qui veulent absolument suivre en même temps les J.O. simultanément sur la TV + le web + twitter + etc…..
    ouaif… ben ils sont combien ceux-là devant France TV ?… 3% ?..
    Et puis, la retransmission live vidéo de la plupart des épreuves simultanément sur le site France TV est justement faite pour ça, non ?..

    Car avec un tel dispositif, ça me paraît très simple de procéder avec de légers décalages quand les épreuves sélectionnées sont pile-poil simultanées. c’est juste une question de volonté.

    D’ailleurs, ceci est tout de même fait régulièrement, par exemple sur l’athlétisme, et c’est une très bonne chose.
    mais je me souviens que vers le début de la compétition, ça avait l’air d’emmerder P. Montiel, qui à chaque fois précisait à l’antenne (avec du dépit dans sa voix), que telle ou telle épreuve qu’on balançait, n’était pas du direct.

    Pourtant, chaque fois ces images étaient ‘vieilles’ de quelques minutes, et le présentateur en plateau de lui-même s’agacer (Chamouleau ou Holtz) de ces remarques dévalorisantes systématiques de Montiel.

    D’ailleurs, on a pu constater que ces précisions on fini par cessé (Montiel se serait-il fait ‘remonté’ ?… tant mieux).

    En conclusion, France TV gagnerait énormément pour les futures Olympiades à généraliser ce mode de fonctionnement à tous les sports, durant toute la quinzaine !!

    Amo


    • Amo,

      Merci pour ce commentaire très argumenté.

      Vous mettez le doigt sur une difficulté importante : la multitude de sports en simultané.

      En regardant sur le dossier de presse France Télévisions, il y a eu jusqu’à 20 sports différents dans une même journée. Difficile même en différé de tout diffuser. France Télévisions semble avoir fait le choix de diffuser la plus grande variété possible de sports à la télévision quitte à le tronçonner, trop parfois peut-être.

      En parallèle elle proposait l’intégralité des compétitions et en direct sur le net avec probablement des matchs, des compétitions que vous vous auriez aimé voir sur votre téléviseur.

      Pour prolonger votre commentaire, il me semble que dans quatre ans et peut-être déjà dans deux ans lors des jeux d’hiver, la situation sera tout autre puisqu’il est fort possible que sur notre télévision nous ayons en qualité HD, au choix, les propositions de France 2 et France 3 et via internet toutes les compétitions en direct et en intégralité. Ceux qui voudront profiter de la construction de l’antenne par les équipes éditoriales de France Télévisions suivront le fil sur France 2 et France 3, les autres feront leur propre programme tout en restant sur la télévision.


      • Amo

        merci Emmanuel de votre réponse prompte.

        je les ai effectivement évoquées, j’étais bien sûr au courant des multi-directs sur le net.

        mais comme vous le précisez, ce qui m’intéresse moi à mon niveau, comme je pense l’immense majorité des téléspectateurs, amateurs, mais profanes de la plupart des disciplines, tout en étant spécialistes de pratiquement aucune, c’est justement la valeur ajoutée éditoriale, donc, les commentaires éclairés.

        or, sur le web, les diffusions sont muettes, juste agrémentées des bruits d’ambiance.

        le piment des J.O., c’est d’apprécier des sports qu’on ne voit que tous les 4 ans, dont on ne connaît pas les champions, les règles, etc..

        et je l’assume : pour tous ces sports, je suis profane, et je le reste !
        car après chaque Olympiade, rien ne m’empêche de m’intéresser de + près à tel ou tel sport, qui m’aurait enthousiasmé.
        mais comme la plupart des gens, je n’en ai ni la volonté, ni le temps (et j’ai déjà ‘mes sports’ qui m’occupent beaucoup : je suis avant tout un fan de foot, ce qui me fait consacrer un paquet d’heures de TV au cours de l’année, vous vous en doutez).

        donc mon message est bien celui-ci : il ne s’agit pas de chercher l’exhaustivité (c’est impossible), mais simplement une bonne cohérence.

        j’illustre par un parfait exemple vécu :
        lors de l’épreuve des lourds en Judo, qui devait voir (et a vu) la consécration de Teddy Riner.
        en ce 03/08, 1ère 1/2 finale : c’est Riner contre le coréen. Teddy gagne au terme des 5 mn du combat.
        donc fin du combat, sortie des 2 judokas, et arrivée des 2 suivants (russe et allemand), sous le bla bla des 2 commentateurs.
        et donc on se dit : chouette ! le vainqueur de cette confrontation imminente sera l’adversaire de Riner en finale, très bien donc pour qu’on puisse jauger des forces en présences, et le voir évoluer.

        mais NON !!

        que fait G. Holtz à ce moment-là ? il envoie une page de pub, avant d’enchaîner sur le combat de boxe du français Alexis Vastine ;
        pour rappel : importance de ce combat de Vastine : 16e de finale… 🙁
        résultat, on n’aura pas vu le russe combattre avant sa confrontation avec T. Riner.

        des choix franco-centrés : OUI !
        jusqu’à un point stupide, NON !

        franchement, ne pouvait-on pas décaler légèrement le combat de Vastine ? ou au pire, revenir immédiatement après la boxe, et diffuser la seconde 1/2 finale de judo qui aurait été enregistrée (avec commentaires, of course).

        bref, avec les moyens colossaux mobilisés, voilà ce que moi j’aurais attendu de la part d’un groupe comme France TV.

        Amo


  2. David

    Il me semble que c’est Alfacam qui produit toutes les compétitions d’athlétisme Je pense que les autres c’est SISlive qui s’en occupe.

    Mais est-ce que des prestataires français ont assuré le signal international pendant les Jeux.

    Déçu ne pas avoir Euro Media sur le cyclisme et le marathon , même avec des les motos utilisés sur Paris-Roubaix , comme cela a été fait à Athènes et Pékin avec Daniel COSTERG à la réalisation.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *