Coulisses des émissions

17 août 2012

Un final en hauteur pour le Bus des Jeux Olympiques, les coulisses d’un direct à 135 m (M à J)

Louise Ekland et Clovis Cornillac en direct du London Eye - France 2 / Jeux Olympiques

Réaliser un direct depuis un Bus en mouvement dans Londres n’était déjà pas chose facile. Franck Thébault, réalisateur de ces directs a cependant lancé un dernier défi à l’équipe de SIS live /France Télévisions : réaliser un direct samedi dernier en fin d’après midi du haut du London Eye, la Grande Roue de Londres.

Vous avez été des milliers à lire l’article sur les coulisses du défi technique d’un Bus équipé de 9 caméras traversant Londres en direct sur France 3 le matin et sur France 2 l’après midi pendant les Jeux Olympiques. Ravi que cet article vous ait plu. (Louise Ekland a eu la gentillesse de déposer la playlist complète du Bus en commentaire de cet article. A ne pas manquer. Un grand merci à elle)

Peut-être avez-vous aussi fait partie de ceux qui ont vu en direct sur France 2, samedi 11 août, Louise Eklland interviewer Clovis Cornillac non plus de la plateforme ouverte du bus à impérial mais depuis une nacelle du London Eye, la Grande Roue de Londres haute de 135 m.

Un direct réalisé à deux caméras :

Louise Ekland et Clovis Cornillac en direct du London Eye – France 2 / Jeux Olympiques

Sur cette photo coulisses pendant le direct vous apercevez les deux cadreurs, une partie de l’équipe technique, et de dos devant une petite table, Franck Thébault le réalisateur.

Et voici ce que vous pouviez alors voir sur France 2

Pendant le direct avec Louise Ekland et Clovis Cornillac dans le London Eye / France 2

Sur l’image centrale vous apercevez un plan large réalisé par la caméra à Cour. A droite deux autres valeurs de plan de la même caméra.

Sur la ligne du bas, de gauche à droite, des plans du second cadreur qui réalisait à la fois des plans de Londres à travers la vitre de la nacelle et des plans de Louise.

L’image tout à fait à droite ? Alors non, elle n’a pas été réalisée par un cadreur de l’équipe de SISlive pendant ce direct. Il s’agit d’une image en hélicoptère réalisée et proposée par les organisateurs des Jeux avant le début des épreuves.

En régie à Paris, les équipes de Didier Faisse ont comme souvent enrichi le direct avec des Beauty de Londres et ce jour, logique, des beauty de la Grande Roue stockées depuis le début des Jeux Olympiques.

Comme lors de la réalisation du bus, en plein écran ou en fenêtre, la réalisation à Paris complétait le signal du Bus avec des images stockées sur LSM. Pour cela Franck Thébault était en liaison permanente avec la régie à France 2.

Voici un exemple de 3 fenêtres : le direct depuis la nacelle du London Eye, une image de Gérard Holtz en direct du Cube, et un extrait du Beauty de la nacelle vue depuis un hélicoptère.

Multi-fenêtre pendant le direct de la Grande Roue à Londres – Jeux Olympiques – France 2

Comment ce direct a-t-il été réalisé ?

Il a été rendu possible par les équipes de Sislive, celles qui avaient déjà mis en place l’équipement du Bus et le dispositif HF de diffusion pendant ses déplacements. « Au départ, c’était une idée comme ça pour s’amuser qui très vite, avec les idées de Franck, est devenu une réalité. L’équipe du bus étant prête à relever tous les défis, nous avons minutieusement préparé cette intervention. » m’a expliqué Yann le-Chanony, Chef de projets.

Le dispositif technique de ce direct :
• 2 caméras ENG (sécurisation en cas de problème HF)
1 mélangeur Routecase ( conçu et produit par SISLIVE)
• 1 mixette SQN5000
• 2x insert GSM Glensound
• 2x micros et 2 oreillettes HF
• 2x embeddeurs

Pas de prise électrique dans le London Eye ! L’ensemble a donc fonctionné sur batteries. La liaison HF a été effectuée grâce au système HF du Bus et a transité par un point haut HF du dispositif habituel du Bus.

Le dispositif devait être léger et rapide à mettre en œuvre et surtout avoir un faible consommation électrique pour permettre de fonctionner 1h15 sur batterie… « Nous avons utilisé des « battery pack » spéciaux de notre département transmission pour alimenter tout les équipements sauf les 2 caméras.

« La difficulté à été le temps d’installation, un tour de London Eye dure un peu moins de 35 minutes. Notre temps d’installation a été de 11 min. L’installation a été directement suivie d’un test technique et du direct dans la foulée »

Sur cette photo, vous voyez les équipes finir l’installation du matériel.

Installation du dispositif Sislive dans le London Eye – Jeux Olympiques de Londres – France 2

En vignette le Routecase de réalisation. Au moment de la photo, les techniciens (Jessy Féréol, chef de la vision et Yann le-Chanony, chef de projet) attachent les câbles des caméras sous le plafond pour éviter tout gêne pendant le déplacement des cadreurs lors du direct.

Pour en savoir plus sur les Jeux Olympiques Londres 2012 sur France Télévisions : Le dossier complet


Media(s) un autre regard est désormais en sommeil. Les explications dans cet article Making of(f)!

Vous pouvez cependant continuer à suivre les commentaires sur l’actu TV sur le fil Twitter et sur mon compte personnel : @Emmanuelmatt

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)






One commentaire


  1. Jarod

    Merci pour cette description.
    Perso autant de moyens (humain et matériel) juste pour çà, c’est un peu gâché. L’intérêt de ce « duplex » promo…



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *