Genres

9 octobre 2012

La télévision tendance Scripted Reality. Sa réalité décryptée !

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , , , , , , , ,
Les scripted reality en France...

Hollywoods Girls sur NRJ12, Le jour où tout a basculé sur France 2, deux exemples de Scripted Reality, un nouveau format mélange de fiction et de téléréalité. Un autre regard sur un format présent sur les chaines privées mais aussi sur le service public. Point de vue sur ce genre en plein essor.

Media(s) un autre regard vous présente la Scripted reality avec par ordre d’apparition : Le Jour où tout a basculé (France 2 / Julien Courbet – La Concepteria / Depuis l’été 2011), Hollywood Girls (NRJ 12 / La grosse Equipe / Depuis mars 2012), Au nom de la vérité (TF1 / Serenity Fiction – Arthur / Depuis mai 2012), Mon histoire vraie (TF1 / Gazelle productions / Depuis septembre 2012), Si près de chez vous (France 3 / 909 Productions / Depuis septembre 2012) et Face au doute? (M6 / Studios 89 / Depuis septembre 2012)

Et prochainement sur vos écrans, sur NT1 une version française d’une adaptation en scripted reality de Desperate Housewives (avec des vraies femmes au foyer désespérées incluses!) produite par TF1 Productions et sur W9, Paris, jour et nuit l’adaptation d’un format étranger Berlin, Tag & Nacht.

Comment remplir les heures creuses de la télévision quand on est une chaine historique, qu’il y a peu de téléspectateurs devant la télévision en fin de matinée ou en début d’après midi et qu’il faut tout de même attirer des ménagères de – de 50 ans, enfin des femmes de moins de 50 ans RdA qui plaisent tant aux annonceurs ?

Comment faire des succès d’audiences sur les cibles jeunes et si possible aussi sur la ménagère en fin d’après-midi quand on est une chaîne de la TNT ?

Et en même temps pour toutes ces chaînes comment réussir cela avec le budget le plus faible possible ?

Et bien il y a la Scripted reality ! Ce mélange entre fiction et réalité avec une dose plus ou moins importante de l’un ou de l’autre. On peut l’appeler fiction du réel, fiction-réalité, mais ne l’appelez jamais Téléréalité, ce terme que rejettent 99% des producteurs. Personne ne fait de la téléréalité voyons sauf encore Endemol avec Secret Story.

40 000 euros en moyenne de budget pour 26 minutes sur les chaînes historiques, probablement moins de 30 000 euros pour Hollywood Girls sur NRJ 12. Un budget bas adapté aux creux horaires des chaînes historiques, un budget conséquent (hors opérations spéciales) pour les chaînes de la TNT destiné à renforcer ces heures importantes pour l’audience et les rentrées pub.

Et c’est le service public, France 2, pendant l’été 2011, qui a mis à l’antenne pour la première fois un tel format, mais attention il y a scripted reality et scripted reality !

NPA Conseil proposait il y a quelques jours des éléments de son étude complète lors d’une rencontre avec la presse. Voici l’un des tableaux présentés :

Scripted reality « bouclée » / Scripted reality « soapisante » selon NPA Conseil

Ce document classe les scripted reality en deux catégories : Les scripted reality « bouclées » : les épisodes sont indépendants des autres. Ils peuvent être regardés en ayant raté le précédent et surtout être diffusés dans n’importe quel ordre. Et cela plait beaucoup aux diffuseurs.

Les scripted reality « Soapisantes » ont une intrigue feuilletonante, chaque épisode est la suite du précédent. L’ordre de diffusion est important. Pas d’inquiétude cependant pour ceux qui ont raté un épisode, le résumé au début est là pour cela, et l’épisode est construit pour que tout le monde le comprenne malgré tout, vraiment tout le monde !

Dans les deux cas, les cibles, les horaires de diffusion, les diffuseurs et surtout les thèmes évoqués sont différents.

Il faut aussi noter que le traitement des épisodes est particulier sur NRJ12 avec un plateau d’accompagnement et de commentaire.

Je ne ferai enfin pas tant la différence en terme de scénarisation.

L’absence de dialogues écrits et donc joués dans Hollywood Girls est-il un choix de format ou plutôt la conséquence du recrutement des personnages principaux? NPA Conseil fait probablement plus référence à d’autres Scripted Reality « soapisantes » à l’étranger dont les personnages interprètent (presque) leur propre vie comme c’est le cas de la Scripted Reality tirée de Desperate Housewives.

L’absence de dialogues écrits dans Hollywood Girls est probablement plus la conséquence du choix des comédiens qui sont principalement issus de précédents programmes de téléréalité. Ce programme est le prolongement par le même producteur des Anges de Téléréalité, un  programme qui de façon imprévue au départ a aussi évolué vers de la fiction car les premiers participants ont au moins autant joué la comédie entre eux qu’avec la production! (Expérience vécue!)

Prendre pour interprètes des candidats sortis de la téléréalité revient à privilégier la notoriété à la compétence. Alors pour ne pas perdre de temps avec des textes non appris ou mal joués, autant se donner pour principe de laisser les personnages jouer la scène sur une base de scénario et uniquement. Moins de prises à refaire et plus de spontanéité, de quoi entretenir le doute toujours entre fiction et réalité.

Fiction ou réalité, cette ambiguïté semble être, selon NPA Conseil, l’une des clés du succès de ces programmes qui réalisent actuellement des audiences variables mais toujours au dessus des programmes diffusés avant eux sur la même chaîne dans la même case horaire.

Dans les Scripted reality des chaînes historiques, il est important que les situations évoquées puissent être considérées comme réelles, qu’un processus d’identification puisse exister. Le doute soit subsister même si les situations sont cependant souvent simplifiées, parfois caricaturées : le méchant doit avoir une tête de méchant, le gentil, un physique de gentil, la maîtresse, un physique de … etc.

Ces productions sont tournées avec des moyens low cost et en temps record facilité par l’appropriation des codes narratifs de la téléréalité. Une caméra pas très stable, pas grave cela fait vraie et n’oublions pas l’utilisation très importante des face caméras, des testimoniaux chers à la production de téléréalité.

Petit retour en arrière à ce sujet : Le principe de la téléréalité d’enfermement a consisté à mettre assez de caméras pour ne rien rater. Tout devait pouvoir être vu et être montré. Avant le début des tournages des téléréalités en décor naturel comme Bachelor, les producteurs étaient paniqués à l’idée de rater une scène, un moment important, une phrase.

Tous ces producteurs ont été rapidement rassurés par l’utilisation de testimoniaux, ces moments où l’on interview les candidats, les participants pour leur faire raconter ce qui s’est passé… On en profite aussi d’ailleurs pour leur donner des informations sur le comportement des autres (un moment important de la manipulation des candidats par la production) T’as vu ce qui s’est passé ? T’es sûr qu’elle est ta meilleure amie ?

Les producteurs et réalisateurs ont rapidement compris qu’en faisant raconter aux candidats chaque soir tout le déroulement de la journée, les conversations entre participants, les disputes ils n’avaient plus besoin de tout tourner. Une engueulade qu’on a raté? Pas grave on montre la fin de la séquence quand l’une ou l’autre pleure ou part fâchée, le reste de l’histoire est raconté face caméras. Cela a beaucoup simplifié la production des téléréalités.

Il en est exactement de même avec la scripted reality. Le face caméra permet de raconter une grande partie du scénario qu’il suffit d’illustrer avec quelques plans de coupe non dialogués (Moins de lignes à retenir par les comédien et de risque de prises multiples). La suite du testimonial sert alors de voix off sur quelques scènes tournées en décor naturel.  Cela simplifie aussi la mise en image, la direction d’acteur si on peut appeler cela ainsi. La musique appuie enfin au mixage les moments de tension.

Si l’on rajoute le peu de variété des décors, le paiement de comédiens au tarif syndical, le tournage à 2 caméras de reportage que l’on montre parfois à l’image comme en téléréalité, on a les principales recettes d’une production lowcost.

Les scripted reality en France…

NPA Conseil résume cela à sa façon :

La scripted reality  ce sont à ce jour plusieurs enjeux :

Un enjeu pour les chaînes :
– Un genre rentable : peu couteux et qui se rediffuse
– Pour les historiques : permet de pallier à l’absence de fiction de journée
– Pour les TNT : fidéliser le public jeune avec un programme feuilletonnant et moderne

Un enjeu pour les producteurs :
– Un marché préempté par les producteurs de flux
– Appropriation des méthodes de productions industrielles de fiction légère
– Production de volumes importants / constitution de catalogue

Une précision concernant le « marché préempté par les producteurs de flux » . En effet, comme le fait remarquer NPA Conseil, ces formats sont actuellement produits en majorité par des sociétés de production de programmes de flux et non des producteurs de séries, de fictions. De même ces formats sont gérés dans certaines chaînes non pas par l’unité Fiction mais parfois par l’unité Magazine. Diffuseurs et producteurs continuent alors de travaillent entre interlocuteurs qui se connaissent déjà.

Des audiences supérieures à la moyenne de la case horaire, des coûts de production faibles, que demander de plus?

Et bien les producteurs et diffuseurs aimeraient bien que ces formats soient considérés comme des fictions, des oeuvres patrimoniales. Patrimonial, c’est peut-être un peu beaucoup demander!

En fait, derrière cette appellation il y a un intérêt financier bien plus important. Des oeuvres patrimoniales peuvent être co-financées par le CNC. Cet apport budgétaire ne serait pas de refus du coté des producteurs. Si c’était le cas, les diffuseurs pourraient alors compter ces scripted reality dans leur quota d’oeuvres à produire et diffuser chaque année tel que défini par le CSA!

Oui mais tout cela reste pour le moment du domaine de la fiction plus que de la réalité! La boucle est bouclée, comme la scripted reality!

Merci à NPA Conseil pour le tableau et ses informations qui ont inspiré certains passages de cet article.

Sachez enfin que NPA Conseil annonçait aussi la semaine dernière la création de la Factory NPA Conseil la « structure spécialisée en stratégie digitale et management de contenus éditoriaux pour le compte d’annonceurs. »… « Accompagner les marques dans la définition et la mis en place de leurs stratégies digitales globales, de la production et de la gestion de leur contenus »


Media(s) un autre regard est désormais en sommeil. Les explications dans cet article Making of(f)!

Vous pouvez cependant continuer à suivre les commentaires sur l’actu TV sur le fil Twitter et sur mon compte personnel : @Emmanuelmatt

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)






2 commentaires


  1. ced

    Super article pour un super site !!

    Sauriez-vous par qui est produit la vf de berlin tag und nacht ? merci !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *