Coulisses des émissions

22 novembre 2012

Complément d’Enquête sur la réalisation à trois caméras de Philippe Lallemant – France 2

La réalisation de Complément d'Enquête par Philippe Lallemant

Des décors naturels différents chaque semaine, parfois trois par émission. Un tournage souvent réalisé le matin pour une diffusion le soir même. A la production et réalisation des plateaux  : Philippe Lallemant. Comment réalise-t-il ces interviews avec trois caméras dont une sur un rail, une portable et une sur pied de campagne? Complément d’enquête!

Dans un précédent article je vous racontais les coulisses du tournage d’un plateau de Complément d’Enquête diffusée chaque jeudi soir après Envoyé Spécial et avant Grand Public sur France 2

Je vous avais présenté les moyens techniques :

– 3 caméras dont une sur un petit rail, une seconde sur un pied de campagne et une troisième caméra épaule :

Les 3 caméras de Complément d’Enquête pendant les réglages techniques

Au cadre ce jour là : A la caméra sur travelling, Fabrice Balestre. A la portable, Michel Amalric et à la caméra gros plan sur pied de campagne : Claude Nourry.

– Dans le bureau à coté, la régie de réalisation avec Joel Durban Directeur de la photographie et Philippe Lallemant, réalisateur.

Philippe Lallemant, le réalisateur et Joel Durban, directeur de la photographie

Face à Philippe Lallemant les images des trois caméras : la (1) , la caméra gros plan de l’invité(e), la (2) la caméra sur rail travelling, la (3), la caméra épaule.

Voici quelques résultats à l’image lors de l’interview de Najat Vallaud-Belkacem au Ministère des droits des femmes :

La réalisation de Complément d’Enquête par Philippe Lallemant

Saurez-vous reconnaître les images des 3 caméras?

Elles sont chacune utilisées d’une manière différente.

– Ainsi la (1) sur pied de campagne reste en permanence sur l’invitée. Elle réalise un gros plan. C’est le plan prioritaire. (En haut à droite)

– La (2) réalise le gros plan de Benoit Duquesne mais pas seulement. Installée sur rail travelling, elle « lâche » parfois le journaliste pour des plans en mouvement. Le journaliste n’a donc pas droit en permanence à son gros plan. C’est un choix de réalisation et signe aussi d’un ego maîtrisé de la part du journaliste! J’en connais d’autres… (Les deux plans du bas sont issus de cette caméra 2)

– La caméra (3) portable est là pour enrichir et varier les plans de la réalisation. Ainsi Michel Amalric, le cadreur se déplace en permanence et utilise les différents éléments du mobilier pour varier les plans d’amorce. Il est parfois debout, sur la gauche ou sur la droite de la pièce. (Ses images : la photo principale et la photo à droite)

Dans l’illustration précédente vous aurez aussi aperçu une image en 3 fenêtres pour présenter des données chiffrées. L’assemblage a été réalisé en post-production mais anticipée au moment du tournage. Les plans ont été réalisés en prévision de cela.

Le réalisateur est en relation avec ses cadreurs via son micro et un système d’ordre assez simple mais efficace. Il n’a pas besoin de parler à Benoit Duquesne sauf au début et en fin de tournage. Pour cela il n’a qu’à hausser la voix, ils ne sont pas loin!

Voici quelques autres valeurs de plan de la caméra épaule :

Des valeurs de plan de la caméra épaule de Complément d’Enquête

Merci au mobilier moderne de ce bureau, désolé pour les plans sur le bureau un peu fouillis de la Ministre. Elle a d’ailleurs proposé de le ranger rapidement avant le début du tournage mais non, cela convenait bien à Benoit Duquesne, c’était plus naturel. Seuls l’ordinateur et le téléphone fixe ont été sortis, « exfiltrés » par l’équipe de la Ministre.

Pas simple de montrer un mouvement de travelling, voici en 3 plans celui de la caméra (2) :

Travelling caméra 2 – Complément d’Enquête sur France 2 – Réalisation Philippe Lallemant

Benoit Duquesne s’adresse à son invité et à de très rares moments aux téléspectateurs, lors de retours de sujets, lorsqu’il donne quelques informations chiffrées et lors des lancements. Avec sa scripte, le réalisateur prévoit, anticipe ces moments là pour que la caméra (2) soit bien en position gros plan (position à droite du montage photo) et non pas en début de travelling (Position à gauche).

Par ailleurs, en fin de tournage, notamment quand l’interview a été un peu longue et qu’il faudra couper quelques passages, la caméra épaule réalise des plans plus larges. On sort alors les autres caméras du champ notamment la caméra sur rail travelling et des projecteurs. Le cadreur réalise alors des plans désynchronisés. Benoit Duquesne et son invité(e) continuent à parler pour que les plans soient raccord avec l’interview mais le « labial », le mouvement des lèvres ne sera pas identique. Cela se voit très peu ou pas en plan très large.

En revoyant cette séquence dans l’émission sur France 2, j’ai remarqué que Philippe Lallemant n’a même pas eu besoin d’utiliser ces plans de coupes réalisés en fin de tournage.

Par contre, dans une autre séquence de l’émission tournée dans un décor beaucoup plus grand, Philippe Lallemant a joué avec des plans désynchronisés pour insister sur l’immensité de l’espace accueillant les deux fauteuils rouges :

Une autre séquence de Complément d’Enquête sur France 2 – Réalisation Philippe Lallemant


Media(s) un autre regard est désormais en sommeil. Les explications dans cet article Making of(f)!

Vous pouvez cependant continuer à suivre les commentaires sur l’actu TV sur le fil Twitter et sur mon compte personnel : @Emmanuelmatt

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)






0 commentaire


Soyez le premier à déposer un commentaire!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *