Genres

29 novembre 2012

Le Transporteur, la série sur M6 : Les cascades et effets spéciaux. Making of

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Mots-clés : , , , , , ,
Cascade Transporteur la série - Vincent Bouillon M6 Atlantique Productions

Des voitures de jeu, des voitures de cascade. Des tirs avec des impacts secs. Comment un cascadeur peut percuter une vitre de voiture avec sa tête sans se blesser. Et en exclusivité, les rushs d’une cascade de Transporteur, la série par Vincent Bouillon, jeune comédien, cascadeur physique, acrobate et spécialiste des arts-martiaux.

Transporteur-la série, adaptation des films de Luc Besson (dont un film réalisé par Olivier Mégaton) débarque jeudi 6 décembre sur M6, il s’agit de la première saison d’une co-production internationale avec Atlantique Productions (Groupe Lagardère).

Media(s) un autre regard vous a déjà raconté les coulisses d’un tournage. Découvrez tous les autres articles sur les coulisses de Transporteur en fin d’article.

Des tournages en France et à l’étranger et bien sûr de nombreuses scènes d’action avec des tirs, des combats, des cascades. Quelques confidences sur cette partie du tournage avec un extrait vidéo inédit et la présentation de Vincent Bouillon un jeune cascadeur de 22 ans que vous aviez déjà pu apercevoir sur M6 au milieu des Cascade Demo Team  dans la France a un incroyable Talent. Avec sa troupe et un numéro impressionnant ils avaient aussi attirer l’attention du jury de Britain’s got talent (à droite sur la vidéo). Un jeune talent à découvrir.

Voici d’ailleurs sa démo :

Avec lui, nous allons découvrir comment, à la fin d’une scène de combat, il percute et traverse avec la tête une vitre latérale d’une voiture en tant que doublure cascade.

Mais commençons par d’autres effets, trucages de la série Transporteur sur M6 :

- La voiture du Transporteur : 

Pas de Transporteur sans une voiture, sans une Audi A8.

Une et en fait plusieurs voitures, des voitures de jeu bichonnées « beauty », toujours parfaites à l’image en particulier pour les gros plans mais aussi des voitures transformées pour les cascades.

Ainsi, une Audi était équipée d’arceaux à l’intérieur pour protéger l’habitacle et les occupants lors des cascades.

Pour la cascade du jour, la percussion d’une vitre latérale, la même fenêtre de trois voitures Audi a été modifiée. Quand il n’est pas possible de modifier plusieurs voitures, il faut alors prendre le temps de changer la vitre entre deux prises. C’est plus long et le temps…

Voici une courte vidéo expliquant les cascades en voiture de Transporteur, la série, des cascades coordonnées par Michel Julienne.

Michel Julienne explique par ailleurs dans une interview dans le dossier de presse M6 que l’équipe de réalisation a fait appel à un Russian Arm pour filmer certaines cascades.

Il s’agit en fait d’un « Ultimate Arm » de chez ACS France me précise cette société. (Mise à jour)

En effet, en France ACS France a à la fois assuré la partie tournage des prises de vues en hélicoptère. Des autorisations particulières ont été obtenues pour filmer à très basse altitude l’audi A8 sur la promenade des Anglais. D’autres « beauty shots » ont été réalisées sur la cote d’azur.

Par ailleurs, l’Ultimate Arm a été utilisé pour des prises de vue de cascades sous la direction de Michel Julienne

Voici quelques photos ACS du tournage :

L’Ultimate Arm ACS France / Tête de caméra hélicoptère – Transporteur, la série

Interview de Michel Julienne :

Quels types de véhicules avez–vous utilisés derrière les caméras pour avoir des prises de vues au coeur de l’action ?
Michel Julienne : Nous avons utilisé le “russian arm”, (Plus précisément d’un Ultimate Arm) véhicule équipé d’une grue avec caméra sur le toit pour des prises de vues sur la Côte d’Azur, notamment pour une course–poursuite avec une Lamborghini sur la route des crêtes. Nous avions aussi une Porsche pour les travellings à grande vitesse.

Combien de temps de préparation peut demander une cascade sur “Le Transporteur” ?
Michel Julienne : La préparation des cascades avec les voitures du “Transporteur” avant le tournage a demandé 5 à 6 semaines environ. Pour les autres, cela demandait en moyenne 2 à 3 jours selon les cascades à effectuer. (Extraits de l’interview du dossier de presse M6)

- Une vitre modifiée pour la cascade : 

La vitre « en double carreau » de l’Audi 8 aurait été bien trop dure à casser. Les équipes d’effets spéciaux du tournage ont donc remplacé la vitre par un vitrage sécurité que l’on trouve dans le commerce. Il s’agit d’une vitre qui tombe en petits morceaux et qui est entourée à l’intérieur et à l’extérieur d’un film protecteur.

Pour la cascade, ces films de protection ont été supprimés pour permettre au crâne du cascadeur de traverser la vitre. Dans le cas contraire la vitre explosée serait restée figée entre les deux films de protection.

Voici une petite vidéo Saint Gobain de ce type de vitrage

- L’explosion de la vitre

Pour éviter au cascadeur de se blesser en percutant la vitre, celle-ci va devoir exploser exactement au moment où il va l’impacter avec sa tête. Avant ce serait top tôt, cela se verrait à l’image, après ce serait trop tard et dangereux pour le cascadeur.

La vitre est équipée d’un petit explosif, d’une petite charge qui créée une onde de choc qui se répercute dans tout le carreau. La «feuille» vitrée tombe alors.

La réussite de cette cascade passe par ces éléments techniques mais aussi et surtout par une très grande coordination entre le cascadeur et l’équipe des effets qui doit lancer l’explosion au bon moment.

Vincent Bouillon, cascadeur percutant la vitre de la voiture – Transporteur la série

- Le travail du cascadeur : Vincent Bouillon 

Il y a à la fois une partie technique, physique dans son travail et un rôle d’acteur. Il ne faut pas voir de différence d’attitude entre un comédien et sa doublure cascadeur.

La scène à tourner était composée d’un combat et d’une percussion de la voiture. Le « Loup », personnage doublé par Vincent Bouillon recevait alors du Transporteur un coup de pied au visage qui l’entraînait dans la vitre de la voiture.

Le combat a été répété avant le début du tournage par Vincent Bouillon avec Christopher McGuire comédien et la doublure cascade de Chris Vance (Franck Martin, le Transporteur) mais aussi avec Chris Vance lui-même. Quand j’ai interrogé Vincent Bouillon au début de la journée de tournage il pensait que la cascade aurait probablement lieu avec la doublure du comédien car il n’y avait que trois vitres et que la séquence se tournerait tard dans la nuit.

Finalement la séquence a été tournée avec Chris Vance lui-même et en une seule prise avec une seule voiture. Tout a bien fonctionné dès la première prise.

Avant le début du tournage Vincent me confiait aussi : « Il faut que… j’espère que (grand sourire)… l’équipe des effets va déclencher l’explosif au bon moment… dès que je rentre un peu la tête.

Il faut bien penser à fermer les yeux et parfois on triche un peu pour percuter avec l’arrière du crâne plutôt que de foncer avec le nez dans la vitre.

Ce que je vais faire en tant que cascadeur dans cette scène c’est de me protéger un peu en tapant plus avec le crane et baisser un peu la tête »

D’autres répétitions et tournages de cascades de Vincent Bouillon – Transporteur, la série – M6

- La réalisation de la scène :

La cascade a été réalisée à deux caméras et en une seule prise. Un plan large et un plan plus serré. Une seconde prise a été ensuite nécessaire mais uniquement pour le plan du coup de pied au visage. Un retake rapide

Pour un effet réussi il est parfois nécessaire de légèrement tricher l’axe de réalisation de manière notamment à cacher le visage de la doublure cascade.

Voici en exclusivité les rushs de ce tournage :

Pas de tirs dans cette scène mais j’étais tout de même curieux : comment réalise-t-on des tirs et leurs impacts lors du tournage d’une série d’action?

Les équipes des effets spéciaux présents sur le tournage ont bien voulu nous expliquer une partie de leur savoir-faire :

Cyril Raffaelli était le coordinateur des cascades combat et voici d’ailleurs aux cotés de Vincent Bouillon et de Christopher McGuire, une partie de cette équipe.

Une partie de l’équipe cascade, combats, effets spéciaux de Transporteur, la série

 (A l’image : Philipphe Guegan (coordinateur de la cascade), Mohammed Elachi (régleur de la cascade), Eddy Benguedhi… )

Pour en voir et savoir plus sur les chorégraphies des combats de Transporteur, la série :

- Les impacts de tirs : 

Quand on parle de tirs, il s’agit de reproduire les impacts des balles sur les voitures (ou d’autres matières). Des étincelles sont alors simulées.
Il s’agit aussi et surtout de simuler les impacts de balles sur le corps des comédiens. Il est alors possible de créer des impacts avec effet sang en tournage mais aussi des impacts secs c’est-à-dire sans sang.

Les impacts secs sont souvent utilisés car il y a notamment aux Etats-Unis des « catégories » d’impacts. Selon la quantité de sang à l’image, certaines séries peuvent être privées de diffusion en prime time. Des impacts secs ont été choisis sur le tournage de Transporteur-la série.

Un effet sang peut toujours ensuite être ajouté avec des effets de trucage visuel en post-production.

Comment réalise-t-on l’impact de l’explosion sur le vêtement du comédien ?
Cela demande un travail préalable entre le réalisateur, les costumières et l’équipe des effets spéciaux. En effet, le comédien va être équipé et protégé par une plaque en métal et une plaque de mousse placée entre le costume et son corps. (une plastine)

Le costume doit alors être aussi préparé, il doit notamment être fragilisé à l’endroit de l’impact. On y ajoute aussi des effets de poussière etc.

Entre la plaque et l’avant du costume sont installés des pétards électriques à l’endroit des impacts. On ajoute alors aussi ou non une réserve de sang. La décharge sera déclenchée le moment venu.

A lire aussi, la pluie et la tempête en mer : Effets spéciaux

Comme parfois sur Media(s) un autre regard, il est aussi question de mettre en avant une personne, un jeune talent, c’est le cas de Vincent Bouillon, comédien, cascadeur, acrobate, « artiste martial ».

Vincent Bouillon et Christopher McGuire pendant un combat de Transporteur, la série

Dans Transporteur-la série, il a participé à une course poursuite et simulé le passage d’une voiture à un camion, il s’est battu avec le conducteur d’un voiture. Il a été percuté par une voiture. Il a réalisé ses combats avec les comédiens et parfois avec des doublures.

Il s’est spécialisé dans les cascades physiques, le combat, les chutes de hauteur, les percussions ! … Rien que cela ! Même pas peur !

On pourra aussi l’apercevoir dans un « petit rôle » dans la série. Il est cascadeur, spécialiste des arts martiaux et aimerait aussi développer sa carrière avec des rôles de comédien.

Le physique est important. Vincent m’explique cependant que l’entrainement au combat est au moins aussi important que le physique. Les muscles sont là pour protéger le corps.

Comment devient-on cascadeur?
« Chacun a sa propre école, son propre parcours. La pratique du combat est un plus, le travail de la comédie aussi. Il faut être le plus polyvalent possible.

Comment est-on choisi comme cascadeur ?
Pour ses compétences mais aussi « par rapport à un physique, une ressemblance avec un acteur (carrure, taille, silhouette…) »

Pour conclure, un dernier bonus, un court extrait de la présentation des effets spéciaux de la série :

Merci encore aux équipes d’Atlantique Productions pour leur accueil sur ce tournage.

Vous pouvez contacter Vincent Bouillon sur son site internet, sur Facebook.

A lire aussi :
Episode 1 : Comment repérer un tournage de fiction en décor naturel?
Episode 2 : Les moyens techniques et humains du tournage de la série
Episode 3 : Les coulisses du tournage à Paris d’une scène de Transporteur – la série
Episode 4 : Les caméras du tournage de Transporteur, la série

Bonus ; Les trucages et effets spéciaux dans les séries américaines (étonnant) 


Media(s) un autre regard est désormais en sommeil. Les explications dans cet article Making of(f)!

Vous pouvez cependant continuer à suivre les commentaires sur l’actu TV sur le fil Twitter et sur mon compte personnel : @Emmanuelmatt

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)






2 commentaires


  1. colombet

    Bonjour,
    Merci pour ce très bon reportage (comme toujours!).
    Je dois être particulièrement nul, mais je ne comprend toujours pas l’intérêt de filmer dans un lieu (en Europe) et de ré incruster les images avec une voiture à Toronto. Pourquoi ne pas apporter directement la voiture à Marseille??? Je ne vois pas l’économie des coûts de production puisque, au final, ils sont obligés de tourner 2 fois les scènes…..
    Il y a surement de bonnes raisons, mais je ne les comprends pas.

    Sinon, je n’ai pas encore eu l’occasion de le dire, bravo pour pour le site new look et pour les reportages, beau et bon travail.

    Sylvain


    • Sylvain,

      Je ne connais pas tous les tenants et aboutissants de cette production par contre il s’agit d’une coproduction internationale avec QVF une société Québécoise.

      Il y avait donc une logique à tourner une partie en France (lieu d’une partie de l’histoire) mais aussi au Canada. Par ailleurs, parfois, les producteurs ont des compétences différentes. Il existe aussi des savoirs faire particuliers en France, aux Etats-unis etc.

      Par ailleurs le tournage en fond vert est bien moins coûteux. On peut ainsi trouver dans une même lieu des bases de décor pour le premier plan et incruster tout le reste ensuite en post-production. Toutes les séries policières que l’on voit sont souvent tournés bien plus souvent sur fond vert que l’on peut le penser. Je vous invite à relire cet article et la vidéo incluse.

      Et merci pour vos compliments



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>