Coulisses des émissions

6 décembre 2012

Le bus itinérant du Téléthon 2012 : Interview de Jean Maurice Ooghe, son réalisateur

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , , , , , ,

En 2011 il était aux commandes du bateau du Téléthon, chaque été il fait le Tour de France dans un car régie et nous raconte chaque étape sur France 2 et France 3. Les 7 & 8 décembre il assurera la réalisation de l’Ouverture du Téléthon 2012 et la journée de samedi depuis un Bus mobile dans Paris. (L’itinéraire du bus en fin d’article)

Depuis quelques jours, Media(s) un autre regard vous raconte les dispositifs techniques du Téléthon 2012. (Les autres articles à la fin de celui-ci) Je vous avais notamment annoncé la présence d’un bus qui va sillonner Paris. Ce bus transformé en plateau télé sera accompagné d’un second bus, technique celui là où officiera Jean Maurice Ooghe.

Entre les deux bus, pas de câble mais uniquement des liaisons sans fil (HF). Et entre le bus en mouvement dans Paris et la régie de diffusion à France 2, un avion relais.

Jean-Maurice Ooghe nous présente ce dispositif qui rappellera à certains Lolly, le fameux Bus France Télévisions des Jeux Olympiques. L’idée de départ est la même, la technologie utilisée différente.

Jean-Maurice Ooghe : L’idée de départ de Caroline Laudrin, la productrice du Téléthon était de garder le coté itinérant qu’on avait inauguré l’année dernière avec la péniche, le bateau du Téléthon.

En 2011, c’était déjà une révolution car le plateau principal du Téléthon, le bateau; était mobile dans Paris, circulant sur la Seine et le Canal St Martin.

A lire ou relire : Le Dispositif du Bateau du Téléthon 2011 (Et ses photos)

Sur le pont du bateau du Téléthon 2011 sur France 2 et France 3

C’était une réussite donc nous avons souhaité garder cette idée de plateau itinérant et d’y rajouter un plus, le plus étant d’investir à certains moments un certain nombre de lieux de Paris.

Le bus va circuler dans Paris, nous allons passer devant les plus beaux monuments de la Capitale : L’Opéra, la Pyramide du Louvre, Les Champs Elysées, la Concorde, Notre Dame, l’Hôtel de Ville, Le Louvre.

Nous allons aussi investir des lieux pour aborder des thématiques très fortes. Par exemple on va s’arrêter le matin pendant une heure au Cirque d’hiver pour une émission à thématique Handi-chien. (Les relations entre les enfants malades et ces chiens).

En fin de matinée et en début d’après-midi nous serons au Jardin du Luxembourg où débutera La marche des maladies rares.

Pour le coté Sport, la thématique historiquement de l’après-midi du Téléthon, nous seront en direct de la Piscine Joséphine Baker.

On terminera dans un lieu prestigieux, l’Opéra Garnier

En temps d’antenne, nous serons avec le bus à moitié en mouvement dans Paris – un bus transformé en plateau mobile – et le reste du temps arrêtés dans certains lieux – le bus régie d’un plateau fixe. C’est une première différence par rapport à l’année dernière.

L’une des difficultés supplémentaires cette année est donc de relier les plateaux fixes (Cirque d’hiver, Jardin du Luxembourg…) à la régie qui reste celle du second bus, le bus technique de réalisation ? 
J.-M. O. : L’année dernière, dans la péniche qui circulait dans Paris, on avait un coin talk, un coin variété et une partie régie. Tout cela était sur le bateau. (Il y avait aussi une grue installée sur une péniche précédant ce bateau/plateau) 

Dans la régie du Bateau du Téléthon 2011 – Réalisation Jean Maurice Ooghe

(La régie était installée sur le bateau derrière le plateau talk intérieur)

J’avais en plus trois caméras HF qui circulaient à moto autour de la péniche pour la montrer,vue des quais, la vue des ponts.

Ces trois motos seront aussi présentes cette année pour accompagner le bus dans son trajet mais aussi pour filmer les animations qui nous attendront lors d’arrêts de 5 à 10 minutes dans différents lieux de Paris. Le repérage du déplacement de bus, de tous les arrêts a été effectué vendredi. Nous avons déterminé avec précision ce que ces caméras allaient faire sur le trajet du bus.

Combien de caméras dans le bus lui-même ?
J.-M. O. : Il y aura trois caméras remote (caméras HD Panasonic AW-HE 120) pour filmer l’intérieur du bus. Avec elles, deux cadreurs avec des caméras filaires qui pourront aussi sortir du bus lors des arrêts de quelques minutes et pour les plateaux fixes.

Une paluche sera installée à l’avant du bus pour nous proposer un plan subjectif, une vue de Paris comme si on était à la place du chauffeur. Une autre caméra (une caméra Sony P1) filmera le compteur à l’arrière du bus.

Il y aura aussi du matériel spécifique pour chaque lieu, chaque plateau fixe (Cirque d’hiver, Piscine …)
J.-M. O. : Il faut effectivement créer sur ces cinq lieux à chaque fois un coin talk avec des écrans de contrôle, du son, une liaison pour l’oreillette de l’animatrice…

Par ailleurs deux caméras supplémentaires seront installées dans chaque lieu fixe et les trois caméras HF des motos devront pouvoir entrer dans le lieu. Des antennes relais seront donc installées dans chaque lieu pour que le signal HF de ces caméras continue à arriver au bus.

Au niveau technique, c’est donc un vrai challenge. On va avoir deux équipes en quinconce qui vont équiper un plateau sur deux. L’équipe au départ à Montmartre va aller au Jardin du Luxembourg. Une autre équipe préparera alors Le Cirque d’hiver…

Tout doit être précablé quand on arrive. On va alors essayer de faire du plug and play étant entendu que ce n’est pas si simple que cela en télé. (Dès l’arrivée des bus, les câbles des caméras à l’intérieur du lieu devront être connectés à la régie du bus. Les différents signaux (son, image, ordres) devront aussi rapidement circuler entre le lieu et la régie du bus technique)

On a parlé des caméras dans le bus plateau mais comment se répartissent les équipes entre ce bus et le bus de réalisation ?
J.-M. O. : Dans le bus principal de tournage, il va y avoir les gens de l’AFM qui gèrent le compteur, toute une partie technique pour gérer le son, la lumière, les caméras (poste cadreur remotes) mais tout ce qui est régie, la vidéo, les magnétos, l’essentiel du son va être dans un deuxième bus qui suivra le bus plateau.

L’intérieur du bus de réalisation et d’accompagnement du Bus du Téléthon 2012 (en cours d’équipement chez AMP Visual TV)

Les liaisons entre les deux bus vont être HF par mux. On va muxer, multiplexer les signaux. Il y aura un mux principal et un mux secours.

Si bien que l’on va se retrouver avec un dispositif complètement HF de A à Z quand on va circuler dans Paris. Il semble que cela n’a jamais été fait, que ce soit une première, dans le cadre d’un plateau principal bien évidemment.

J’ai déjà été réalisateur d’un CP itinérant (L’Orient express etc.). Nous étions alors à l’antenne à certains moments seulement. Avec le bus, nous garderons l’antenne pendant plusieurs heures.

Même quand on enverra des magnétos, par exemple au Cirque d’Hiver, ils seront envoyés depuis notre car régie.

On arrive au Cirque, on se gare et on enchaîne. On passe de l’intérieur du bus aux animations qui nous attendent à l’extérieur bus puis nous passons à l’intérieur du cirque en continu. Ce sera pareil dans les autres lieux. Cela demande une très grande préparation, très pointue. Chacun doit savoir exactement ce qu’il a à faire à chaque moment.

Nous répétons l’intérieur de tous les sites mercredi, jeudi et vendredi matin.

Quand vous allez arriver à l’un des ces cinq lieux, comment allez vous organiser, réaliser la transition ?
J-M. O. : Chaque fois qu’on arrive sur un lieu, il y a des animations Téléthon qui accueillent le bus. Ce sera filmé par les caméras HF moto.

Ce laps de temps nous permet de plugger les caméras filaires du lieu, de plugger l’émetteur HF qui nous permettra de récupérer de l’intérieur les images des 3 caméras HF motos etc.

Dès que l’intérieur du lieu sera prêt avec les animateurs et invités, dès que les deux caméras filaires du bus auront rejoint les deux caméras supplémentaires nous pourrons commencer à réaliser depuis l’intérieur du lieu. Les trois caméras HF pourront alors nous rejoindre à l’intérieur. Nous serons alors au complet avec parfois en plus une grue et, à la Piscine Joséphine Baker, une caméra sous-marine.

Pour repartir c’est plus pratique, il n’y a que 2 caméras qui doivent rejoindre le Bus. Les trois caméras HF rejoindront aussi leurs motos.

Le bus technique de réalisation et de production qui accompagnera le bus du Téléthon 2012 (en cours d’équipement chez AMP Visual TV)

On arrive à un total maximum de 14 caméras à votre disposition dans la régie du bus?
J-M O. : Au total oui, car il y a les trois caméras robotisées dans le bus, les deux caméras fixes du bus, les deux caméras filaires du bus, les trois caméras HF moto qui accompagnent le bus et les deux caméras qui vont de lieu en lieu. Enfin, il y a une grue et une caméra sous-marine pour la piscine

On a parlé du dispositif caméra (Mis en place par AMP Visual TV) mais il y a aussi la lumière et le décor …
J. M. O. : Joel Durban est à la lumière et pour le décor j’ai travaillé avec Bernard le Troadec à France Télévisions. Ahn Roquet gère la production et Laurent Fredicci (régisseuse) a fait un boulot d’enfer. Si on réussit cette opération, elle y sera pour beaucoup.

Les images et le son de la réalisation du bus rejoindront les antennes de France 2 et France via la régie C. Comment?
J-M. O. : Mon signal part à la régie C en passant par un avion comme sur le Tour de France. Le signal monte à l’avion et redescend au nodal puis à la Régie C.

Cependant comme on est plateau principal, nos animateurs ont besoin d’entendre et duplexer avec les animateurs en régions. On doit pouvoir entendre et voir ceux-ci depuis leurs régions. Il y a donc une liaison retour (image et son N-1) depuis la Régie C passant par l’Avion.

Une station satellite va aussi vous accompagner, elle sera présente sur chacun des lieux de plateau fixe ?
J-M. O. : Le samedi, la station satellite sera présente dès le matin à Montmartre. Elle prendra ensuite à chaque fois un peu d’avance sur nous pour se positionner sur le prochain lieu de plateau fixe comme le Cirque d’hiver, le Jardin du Luxembourg…

Elle servira de liaison de secours avec la régie en cas de problème avec l’avion. Elle enverra les images à la régie C en parallèle. Nous n’aurons cependant plus alors de retour image (plus d’image finale pour voir les duplex) mais des retours son via des inserts téléphoniques.

Quel rôle va jouer la Régie C à France 2 (et le nodal de réception et d’envoi) ?
J. M. O. : Le rôle de la régie est de faire le mélange. (Un réalisateur y sera présent en permanence) Quand je lance un duplex avec Sophie Davant et Moissac, c’est la régie C qui réalise le trucage avec les deux fenêtres.)

(La régie C pourra aussi basculer vers un plateau secours installé à France Télévision où un animateur sera de permanence toute la journée en cas de rupture de faisceau) 

Par contre c’est vous aussi qui diffusez les sujets depuis la régie du Bus. La régie C aura cependant les mêmes sujets par sécurité ?
J. M . O. : La Régie C aura tous les sujets en back up mais j’envoie tout sauf deux ou trois magnétos.

Prenons l’exemple d’un arrêt, celui devant la Pyramide du Louvre. Ces arrêts sont des moments de 5 à 10 minutes où nous arrêtons dans Paris pour découvrir des animations. On en profite alors pour faire monter et descendre des gens du bus. Ainsi, les artistes de variété et les animateurs du lieu d’après montent et ceux d’avant descendent.

Pour accéder à la Pyramide puis ensuite la quitter, il faut passer sous des voûtes où l’on va perdre le signal. Pour éviter une rupture d’antenne nous allons alors demander à la régie de prendre le relais et de diffuser un sujet très court, l’un de ces sujets réguliers d’appel aux dons.

De la même manière, lorsque nous allons descendre de la Butte Montmartre en début de journée nous avons un doute sur le passage dans une rue étroite, très enclavée. Nous craignons que le signal ne se fige. Nous avons donc prévu alors de faire aussi lancer un sujet en régie C à ce moment là.

Les liaisons entre le Bus et les autres sites du Téléthon 2012 (Résumé par Media(s) un autre regard)

Pour conclure, pouvez-vous nous raconter le début des 30 heures du Téléthon, ce access prime time à 18h40 vendredi sur France 2 en direct cette année du bus du Téléthon ?
J. M. O. : Réaliser l’access hors du plateau principal et donc du bus est une grosse nouveauté aussi cette année. Si la météo y met du sien, si on réussit à faire tout ce que j’ai prévu, cela va être un moment magnifique.

Vendredi, je vais utiliser toutes les caméras à ma disposition.

Nous allons partir des Invalides, avec Sophie Davant, Nagui et Franck Dubosc, le parrain du Téléthon. L’idée est qu’à la sortie du générique le bus entre, de nuit, dans le magnifique Pont Alexandre III éclairé. On passe alors entre Grand et Petit Palais. On arrive sur les Champs-Elysées éclairés pour les fêtes. On tourne à droite et on aperçoit alors au lointain la grande roue illuminée sur la place de la Concorde. On rejoint alors la Place de la Concorde, précédé d’une haie d’honneur en V de la police.

Des animations nous attendent à la Concorde dont une une haie d’honneur des pompiers avec des torches, une remise à zéro du compteur avec une animation un peu particulière… Nolwen Leroy chantera aussi.

L’une des caméras sera installée en haut de la Grande Roue pour une vue dominant les Champs Elysées. Tous les animateurs du Téléthon seront là. Tout le monde montera dans le bus et on remontera les champs Elysées. On fera le tour de l’Etoile avant de redescendre. Cela va faire une première émission très animée.

Les autres articles du Téléthon :
– Une réunion générale de préparation du Téléthon 2012
– Les dispositifs du Téléthon 2012
– Duplex, plateaux, la coordination de production du Téléthon
– Les prime time du Téléthon – Décor et réalisation de Tristan Carné
– Dans les coulisses du Bus du Téléthon – Explications et photos inédites

Pour aller à la rencontre du bus et ses équipes : L’itinéraire du Bus du Téléthon (Version du 19 novembre 2012 sujette à modifications)

L’itinéraire du bus du Téléthon

Vendredi à 18h40 : Lancement du Téléthon depuis le bus au Pont Alexandre III
Halte à la place de la Concorde avant un déplacement sur les Champs-Elysées.

Samedi :

De 8h45 à 9h00 – Stationnement à Montmartre pour un petit déjeuner géant puis départ
Halte Place Vendôme puis direction le Cirque D’Hiver pour la réalisation d’une émission jusqu’à 11h.
Nouveau déplacement dans Paris
Halte au Palais Royal puis direction le Jardin du Luxembourg derrière le Sénat pour un plateau

Pause

Dès 14h retour en direct depuis une autre position dans le Jardin du Luxembourg
Départ avec halte Place d’Italie avant de se rendre à la Piscine Joséphine Baker
Plateau à la piscine de 15h50 à 16h40
Nouveau départ en direction de l’Opéra Garnier avec halte vers 17h30 au Caroussel du Louvre.
Arrivée à l’Opéra à 17h40 pour une émission jusqu’à18h30

Interview réalisée samedi 1er décembre.


Media(s) un autre regard est en sommeil. Les explications dans cet article Making of(f)!

La production TV qui inspire les autres formes de rencontres avec le public?  Retrouvez les nouvelles activités – Interventions, Conseil, formation… – de l’auteur sur Emmanuel Matt Accompagnement et sur les réseaux sociaux : Twitter @EmmanuelMatt et sur Facebook   

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)






0 commentaire


Soyez le premier à déposer un commentaire!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *