Genres

3 janvier 2013

Le 51ème Gala de l’Union des artistes sur France 2, une écriture originale (Le bêtisier en bonus)

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , , , ,

C’est probablement la soirée des Enfoirés sur TF1 qui a lancé la mode des images en coulisses entre des divertissements en plateau ou sur une scène. Disons que c’est surtout leur forte audience (régulièrement N°1 de l’année à la télévision en France) qui associe désormais ce mode d’écriture aux Enfoirés.

Ces séquences coulisses ont de nombreux avantages, elles permettent de nous inviter dans les coulisses, un endroit à priori inaccessible (sauf sur Media(s) un autre regard !) mais aussi de nous présenter les artistes qui vont venir ensuite sur scène. Vous n’aimez pas trop l’artiste qui vient de passer ou va passer, restez quand même il y en a d’autres qui vont arriver, ils pourraient vous plaire! S’vouplez, pitié, restez, faut qu’on fasse de l’audience, au moins un ptit peu…!

Cela permet aussi de faciliter grandement le montage, l’assemblage des séquences sur scène (sketchs, chansons…) parfois tournées dans le désordre, avec des coupures importantes entre l’une et l’autre. Des transitions en coulisses sans lien avec les numéros sur scènes, et le tour est joué.

Cela libère en plus du temps sur scène. Pas besoin de la bloquer pour y tourner des lancements, parfois à blanc au cas où on inverserait aussi ensuite des séquences.

Ces séquences en coulisses avaient même donné l’idée à France 2 et Be Aware (Cauet) de produire «Dans les coulisses du Show» un prime time de divertissement avec des séquences en coulisses réalisées par Miguel Octave.

Le 51ème Gala de L’union va encore plus loin avec notamment une proportion plus importante d’images en coulisses, d’histoires en coulisses, des histoires très écrites à l’avance ou parfois improvisées. Elles ont été tournées avec quatre Canon reflex 5D pour leur qualité d’image et leur discrétion ou avec deux Red Epic dans un décor reconstitué de coulisses.

Cela ne s’est cependant pas fait en une année. (Mise à jour du 05/01/13 : Les précisions et commentaires de François Goetghebeur, le réalisateur en commentaire)

Les nombreux artistes du 51ème Gala de l'Union - 3 janvier 2013 - France 2

Les nombreux artistes du 51ème Gala de l’Union – 3 janvier 2013 – France 2

Le Gala de L’union des artistes à la télévision nouvelle génération n’a que trois ans. Cette soirée de l’ADAMI au profit des artistes en difficultés est produite depuis trois ans par Morgane Production et Angora Production et réalisée par François Goetghebeur.

L’émission de ce soir (que Media(s) un autre regard n’a pas visionné) est le résultat d’une expérience acquise en trois ans.

Lors de la première édition en avril 2010, il y avait déjà une volonté d’écriture artistique esthétisante, soignée. Encore peu d’images en coulisses cette année là.

Voici le trailer en 3’40 de cette première saison :

Lors de la seconde saison, il y a un an, les coulisses ont pris une part importante dans le programme. L’idée est née d’un constat pendant les répétitions : la difficulté de tourner des interprogrammes sur la piste entre les numéros. D’un problème, l’équipe réalisation et production a fait un atout, une forme d’écriture originale. Au final, 45 minutes de coulisses dans le programme de cette année là et 1h15 de spectacle sur la piste mais tournée cependant en 3h30. Il restait donc encore à améliorer ces conditions de tournage là et à permettre aux spectateurs ne pas attendre autant.

Petite confidence, petite astuce cette année là : pour ne couper aucun numéro en intégralité mais transformer 3h30 de rushs en 1h15 de programme, il a alors fallu en montage raccourcir les numéros parfois même en changeant la musique derrière certains d’entre eux.

Le trailer de 5′ de décembre 2011 :

En 2011, une identité visuelle est déjà très perceptible.

Pour cette troisième année, la présence de Gérard Jugnot en tant que metteur en scène est aussi pour beaucoup dans le résultat particulièrement abouti, précise François Goetghebeur. Il était présent en tant qu’artiste depuis 3 ans et attentif en tant que téléspectateur lors de chaque diffusion. Leur collaboration a été intéressante sur ce nouveau spectacle qui est devenu aussi? avant tout? une émission, un spectacle de télévision.

Pour ceux qui auraient manqué le précédent article, revoici le trailer de 12 minutes cette fois-ci, un très beau travail de réalisation :

Un trailer de plus en plus long, et pourtant, le tournage des représentations sur la piste du cirque Alexis Gruss a été beaucoup plus rapide cette année.

Le spectacle sur la piste a été enregistré à deux reprises le 12 novembre dernier dans le car AMP Millenium, une première fois (secours) dans l’après-midi et une seconde fois (tournage principal) le soir.

Une réalisation multicam à 8 caméras dont une caméra sur grue « ST 20 » (enfin Supertechno 22) de Novagrip.

Voici le plan de caméras officiel à 360° :

Le 51ème Gala de l'Union des artistes sur France 2 - Plan de caméras - Réalisation François Goetghebeur

Le 51ème Gala de l’Union des artistes sur France 2 – Plan de caméras – Réalisation François Goetghebeur

Les caméras (7) et (8) pouvaient être « décrochées en PBLE » comme l’indique le plan, ce qui signifie dans le langage de Julien Faustino, 1er assistant de réalisation : « décrochées pour être utilisées en portables » (Aux cotés de Julien, un autre Julien, Julien Babey. Julien tu m’entends? Lequel? Non pas toi l’autre! )

La (8) avait par ailleurs deux positions indiquée sur le plan, une basse proche de la piste (8) et une position haute pour les numéros aériens filmés dans l’axe opposé (8 bis). La caméra est alors débranchée (dépluggée) de sa position basse et branchée sur un câble prévu à l’avance pour la position haute.

Comme me le précisait le réalisateur, il n’est pas simple de créer un plan de caméras valable pour l’ensemble des numéros car ils sont très variés. Ambiances variées, numéros sur la piste, d’autres aériens…

Pour toute la partie « plans esthétisants », François Goetghebeur faisait rapatrier autour de la piste les deux caméras Red Epic pendant les numéros.

La journée du 11 était destinée aux dernières répétitions des artistes, les premières devant une partie des caméras et cadreurs dont une générale le soir. De premiers sketchs en coulisses ont aussi été tournés ce jour là, mais leur grande partie a été tournée avant et pendant les numéros sur le piste. D’où un exercice de gymnastique du cerveau et de gymnastique physique pour les cadreurs et le réalisateur.

La partie gymnastique du cerveau – on tourne quoi maintenant? Comment étaient placées les caméras pendant les répétitions etc – était gérée de main de maître par Corinne Jourde, la scripte. La partie physique était gérée par le réalisateur et l’équipe d’assistants de réalisation et de production.

Ainsi, pendant le spectacle, les caméras Red Epic passaient des coulisses à la piste selon ce qui s’y déroulait et le réalisateur profitait de chaque coupure, de chaque installation et désinstallation sur la piste pour quitter le car et aller superviser les tournages de séquences en coulisses.

De nombreuses séquences étaient écrites, les cadreurs 5D et Red Epic savaient ce qu’ils avaient à faire, mais il y a eu aussi des parties d’improvisation.

Les séquences de changement de tenue de Kad Merah ont été inventées au moment du tournage grâce au stock invraisemblable de tenues d’une habilleuse. Autant dire que la séquence dans laquelle des comédiens prennent Carole bouquet et Catherine Deneuve pour des patineuses n’avait pas vraiment été annoncée à cette dernière avant son tournage! D’après mes informations, il serait plus juste de dire qu’elle est arrivée un peu avant le début du spectacle pour faire un essai de descente en trapèze et qu’elle a été happée en coulisses pour ce sketch pendant quelques minutes. Elle a joué le jeu et le résultat est drôle.

Des astuces de tournages, des mélanges de tournages multicam en régie et d’images tournées au 5D et à la Red Epic qu’il a ensuite fallu monter en 60 jours.

François Goetghebeur n’en est pas à sa première expérience de tournage et d’écriture originale, on le retrouvera encore sur France 2 le 25 janvier à 22h30 à la réalisation du concert unique de Laurent Voulzy  à l’Eglise St Eustache à Paris.

A noter enfin que la mise en image du Gala de l’Union des artistes ce jeudi soir sur France 2 est aussi le résultat du travail du talentueux directeur photo du spectacle : Dimitri Vassiliu complété par le directeur photo télé : Arthur Cemin

En attendant le prime time, un bêtisier du tournage en coulisses :

Pour en savoir plus sur les équipes de production et la programmation de cette soirée exceptionnelle : (lien)

Le site du Gala de l’Union des artistes

N’hésitez-pas à venir laisser en commentaires vos impressions, pendant et après la diffusion de cette soirée sur France 2

 

Media(s) un autre regard est en sommeil. Les explications dans cet article Making of(f)!

La production TV qui inspire les autres formes de rencontres avec le public?  Retrouvez les nouvelles activités – Interventions, Conseil, formation… – de l’auteur sur Emmanuel Matt Accompagnement et sur les réseaux sociaux : Twitter @EmmanuelMatt et sur Facebook   

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)






One commentaire


  1. FRANCOIS GOETGHEBEUR

    C’est sympathique de découvrir ton site et ton travail à travers un article sur le gala…
    C’est une belle journée car les audiences ont été plus qu’au rendez-vous hier et que nous nous sommes retrouvés avec une partie de l’équipe dont Nathalie André ce soir à Bercy pour un autre tournage : occasion de fêter ce positionnement record devant TF1…

    Merci donc pour cet article et ces détails.

    Quelques imprécisions certainement dues à la façon dont je t’ai expliqué les choses : Catherine Deneuve est venue en amont pour répéter son trapèze et ca a justement été l’occasion de lui présenter l’approche de réal (…) / Les parties coulisses n’ont pas été écrites en amont (une idée ou deux échangées avec GJ sur ce que l’on pourrait proposer aux uns et aux autres sans certitude) : c’est à l’instinct et sur le moment que les choses se sont faites avec et grâce aux artistes (sans doute dans l’impulsion du 48H FILM PROJECT sur la possibilité de faire vite et très bien parfois) / etc.

    Mais peu importe… Les idées sont là et merci beaucoup !
    Et bravo pour la démarche.

    Enfin… C’est précisément parce que les coulisses filmées ne m’ont jamais donné grande satisfaction en qualité de spectateur (depuis mes souvenirs d’enfance des Carpentiers) que j’ai tenu bon d’année en année pour les inscrire, les maintenir et les enrichir dans une narration que j’espère différente et renouvelée : j’adorerais un équivalent de « vraies » coulisses aux enfoirés (pour y avoir été il y a bien longtemps avec RTL) !, aux Césars ou même aux NRJ MA… Pour le côté « coming next », oui je confesse : ces émissions comme le répète Michel Drucker inlassablement sont aussi là pour soutenir de nouveaux venus parmi les plus populaires.

    A très vite j’espère et à ta dispo pour parler par exemple de cet exercice particulier de la captation de concerts pour la télévision … (moultes exemples sur vimeo si tu veux).



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *