Coulisses des émissions

4 mars 2013

France 3 : Le Monde d’Après se réalise à 9 caméras ! Explications, illustrations…

Le monitoring de réalisation de Le Monde d'Après sur France 3

Le Monde d’Après sur France 3 : Un journaliste, animateur : Franz Olivier Giesbert, des intervenants, invités et journalistes, débattant autour d’une grande table mais aussi un décor original habillé par de nombreuses vidéoprojections impressionnantes et didactiques. La mission de Guillaume Pérez, le réalisateur : Mettre en image les débats parfois très animés comme ce lundi en les plaçant au coeur d’un univers visuel en perpétuelle évolution tout au long de l’émission. Un travail à 9 caméras.

Depuis deux émissions, Media(s) un autre regard a choisi de s’intéresser et vous intéresser à Le Monde d’Après, une émission intéressante de mon point de vue de par ses débats et ses sujets mais aussi de par son décor et sa « mise en image » originale.

Nous avons ainsi pu découvrir l’envers du décor installé aux Studios de Paris – Cité du cinéma et découvert les dispositifs techniques des vidéoprojections sur 5 surfaces (Fond de décor Jardin et Centre, la partie avant du sol (avec ses synthés), une dalle de présentation du #LMAF3 de l’émission et un petit cube de titrage des débats). Vendredi je vous racontais aussi les coulisses animés du tournage de l’émission de ce lundi : 2 ans après Fukushima, l’énergie à quel prix ?

Nous nous étions quittés sur cette vidéo de présentation du car régie XL 1 Euro Media France :

Gros plan aujourd’hui sur le dispositif caméras et de réalisation :

Un animateur à l’extrémité de la table, dos au décor, nous avons notre axe principal. Cinq des neufs caméras sont donc placées dans cet axe. Les voici :

picasionCe Gif vous permet de découvrir que certaines de ces caméras sont mobiles. C’est notamment le cas de la caméra sur rail travelling (droit et arrondi) Junior de Microfilms avec sa colonne télescopique. (2) Elle joue principalement de face mais peut aussi passer à Cour grâce à une partie coudée du rail.

Une autre caméra en mouvement : la caméra aérienne Pendor Microfilms suspendu sur un rail travelling (1). Elle permet de réaliser en mouvement des plans larges qui situent les invités dans le décor. C’est cette caméra qui est privilégiée pour nous faire découvrir les univers créés par les vidéo-projections. Un décor transformé en paysage citadin, en usine, en campagne au bord de centrales nucléaires…

Face à Franz Olivier Giesbert, une caméra apparemment fixe mais qui est en fait une tête robotisée Remote Microfilms (5). Pour ne pas la gêner, la colonne de la caméra sur Junior est en position basse lorsqu’elle passe devant cette caméra.

Les deux machineries (Junior et Pendor) ne sont pas les seules à se mouvoir très régulièrement, c’est aussi le cas de « Fifi », le cadreur épaule (9) qui passe de Jardin au centre, dans l’axe principal et d’une position debout à une position assise.

La caméra (8) à Cour sur pied de campagne est elle bien fixe. Elle permet au réalisateur de nous proposer un plan large désaxé des intervenants à la table mais avec en plus, en amorce, le titre du débat projeté sur ce cube du décor.

Pour filmer les invités et journaliste aux cotés de FOG, le réalisateur a placé à chaque fois deux caméras : une caméra lourde avec cadreur qui passe d’un gros plan d’un invité à un autre selon qui parle, et une caméra robotisée qui réalise principalement un plan à 3 des invités. Ces caméras sont placées à l’extérieur du décor et filment à travers deux ouvertures discrètes cachées dans le décor.

Ainsi, à jardin on trouve les caméras (3), la Lourde et (4), la caméra Robotisée. A Cour on trouve les caméras (6), la caméra robotisée et (7), la caméra Lourde.

Voici ces caméras rassemblées sur cet assemblage photos :

Les caméras de Le Monde d'Après - IO Prod / France 3

Les caméras de Le Monde d’Après – IO Prod / France 3

A droite les trois caméras robotisées de l’axe principal, sur la ligne du bas, les deux duos – caméra robotisée et caméra lourde – à Cour et à Jardin. 

L’image principale vous montre les postes de commande des 5 caméras robotisées. Les cadreurs se placent face à ces pupitres pour commander à distance leurs caméras robotisées. Ils retrouvent les mêmes retours image, les mêmes commandes pour faire le point (netteté), le zoom, panoter vers la fauche et la droite.

Les cadreurs du Junior et du Pendor peuvent en plus faire coulisser leur caméra sur ou sous leur rail vers la gauche et vers la droite en général avec un système de pédales.

Une particularité sur ce tournage, il n’y a qu’un cadreur pour les 3 caméras robotisées fixes. Le cadreur se concentre principalement sur la (5) celle du gros plan de FOG. Les plans des deux autres caméras robotisées restent plus immobiles. Il s’agit surtout de plans à trois avec des invités qui bougent peu.

Voici sur le monitoring du réalisateur, les images de ces 9 caméras  :

Les images des 9 caméras de la réalisation de Le Monde d'Après sur France 3 - Guillaume Perez

Les images des 9 caméras de la réalisation de Le Monde d’Après sur France 3 – Guillaume Perez

En l’agrandissant (en cliquant dessus), vous remarquez que l’on voit bien trois fois le même prénom : Jérôme (Mathieu), c’est le cadreur des 3 caméras robotisées.

Un sujet était diffusé au moment de la photo, voilà pourquoi la caméra portable (9) ne propose pas d’image exploitable. Elle est au sol, au repos.

Les cadreurs de ce lundi étaient : Thierry Bourdiec (Junior), Philippe Esteban (Pendor), Edouard Jacques &Arnaud Jambut (Lourdes), Jerome Mathieu (2 têtes robotisées) et Philippe de Zertucha (dit Fifi) à la portable

Pour illustrer et compléter cette présentation de ces caméras, je vous propose cette nouvelle promenade vidéo didactique :

Nous avons vu la partie dispositif technique caméras de cette émission. Je vous invite désormais lundi soir à observer comment ces caméras sont utilisées et à quel moment de l’émission. Comment le décor évolue au fur et à fur avec des décors différents, des inserts de graphiques et de données complémentaires? Quand et quelles caméras utilise le réalisateur lors d’un changement de décor ou de graphique? Un indice pour répondre à cette dernière question : Il n’y a pas de projections derrière les invités et intervenants à Cour!

La gestion des vidéoprojections pendant l’émission, la manière dont elles sont gérées en régie par Guillaume Cottet, Directeur Artistique en liaison avec l’équipe éditoriale, mais aussi par Geneviève Tourneur, la scripte et Laurent Duthil, le truquiste feront l’objet d’un prochain article à nouveau illustré par des animations.

La photo ci-dessus vous donne une première partie des réponses en regardant les sources d’images (dans le cadre bleu) et les affectations par vidéoprojecteurs (dans le cadre vert).

Le monitoring de réalisation de Le Monde d'Après sur France 3

Le monitoring de réalisation de Le Monde d’Après sur France 3

Je voulais enfin terminer par la manière d’anticiper le montage de l’émission dès le tournage.

Un remontage pour quelques retouches esthétiques de la réalisation effectuée par Guillaume Perez mais aussi et surtout pour raccourcir de quelques minutes la durée du débat pour rentrer dans les deux heures de diffusion de l’émission sur France 3. Comme je vous l’ai expliqué, sur l’émission de ce lundi soir, du fait de la vivacité des débats, le temps d’enregistrement aura été particulièrement important.

Pour réaliser des coupes, modifier quelques plans, il est nécessaire de disposer de plusieurs enregistrements de l’émission en parallèle. Les producteurs ont ainsi choisi d’enregistrer six flux simultanés. Ils sont tous visibles dans la zone encadrée de rouge.

Certains de ces flux, les trois à gauche (VT1, VT 2, VT3) sont enregistrés sur bandes, les trois autres sont enregistrés directement sur disque dur (rushs dématérialisés).

Ainsi on retrouve sur bande, le Programme (ou PGM : La réalisation commutée par le réalisateur pendant le tournage) (VT1), le plan de la caméra fixe 8 (VT2) et, sur le VT3 ce que l’on appelle une divergée commutée. En effet, la scripte peut sélectionner tout au long de l’enregistrement l’image de telle ou telle caméra. En général elle choisit le gros plan de l’intervenant principal à chaque moment. Au moment de la photo, elle a choisie l’intervenante…. mais qui est aussi au moment de la photo, pendant quelques secondes l’image choisie par le réalisateur!

Sur disque dur, sont enregistrés : en (A), le Programme. On enregistre en effet toujours deux fois le PGM pour des raisons de sécurité. On peut d’ailleurs penser que la production utilisera d’abord ce PGM sur disque dur pour gagner du temps en numérisation. Elle n’utilisera le PGM sur bande qu’en cas de problème technique sur le disque. Sur les disques sont aussi enregistrés, en (B), le plan large au Pendor (1) et enfin en (C) , le gros plan de FOG.

Vous expliquer le placement des 9 caméras et leur fonction principalement était finalement le plus simple.

A vous désormais de voir lundi soir sur France 3 comment ces caméras sont utilisées. Cela s’appelle de la Réalisation!


Media(s) un autre regard est désormais en sommeil. Les explications dans cet article Making of(f)!

Vous pouvez cependant continuer à suivre les commentaires sur l’actu TV sur le fil Twitter et sur mon compte personnel : @Emmanuelmatt

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)






0 commentaire


Soyez le premier à déposer un commentaire!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>