Dictionnaire! & technologies

14 mars 2013

La régie finale France 3 : Des milliers d’heures de programmes à assembler et diffuser

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , , , , ,

Une régie finale assemble les programmes, les publicités, les bandes annonces pour en faire une chaîne. Elle gère aussi la diffusion sur les différents réseaux. Suite de la visite de la régie finale de France 3, direction les zones techniques. Combien d’heures de programmes stocke-t-on? Comment les serveurs s’alimentent et sont vidés? Quand? Pour tout comprendre…

En façade, la régie finale cela donne cela :

Le monitoring de la régie finale de France 3

Le monitoring de la régie finale de France 3

Mais derrière ce monitoring présenté dans un article spécial Régie finale de France 3 il y a une série et successions d’ordinateurs, de robots, de km de câbles installés dans différentes salles techniques climatisées.

Cette visite vous montrera l’importance donnée à l’automatisation des process et vous expliquera le processus qui permet à une série de programmes d’arriver jusqu’à chez nous, sur notre télévision, sur forme de chaînes de télévision.

La régie finale assemble les programmes et créée la chaîne France 3 

Une chaîne comme France 3 est un assemblage de séquences : des programmes, des bandes annonces, des publicités. Une partie arrive en direct en régie finale mais la grande majorité des ces séquences est diffusée depuis des serveurs où sont stockées des heures de programmes.

Une journée sur France 3, cela représente entre 12h et 15h de programmes hors bandes annonces, directs et hors publicité qui est stockée et gérée par d’autres serveurs. A cela il faut ajouter chaque jour des programmes de stocks en cas de grave problème même si les automations de diffusion sont déjà doublées. On appelle automations les « machines », les « devices »! qui gèrent de façon automatique la diffusion des programmes dans l’ordre du conducteur chaîne.

Les données dont tout d’abord stockées sur cartouches LTO sur un impressionnant robot à droite sur la photo suivante :

Salle Technique de la régie finale de France 3 (Serveurs)

Salle Technique de la régie finale de France 3 (Serveurs)

Plus de 25 000 heures de programmes en LTO3 peuvent être stockées dans ce robot. En passant en format LTO5, le robot pourra contenir jusqu’à 75 000 heures de programmes.  Vous avez peut-être déjà vu des robots qui chargent des K7 à tour de rôle. Dans ce robot ce ne sont pas des K7 mais des cartouches qui servent de support de stockage des programmes.

Les programmes commencent être stockés à J-4 avant leur diffusion. Leur stockage se poursuit jusqu’à J-1. Chaque jour la charge d’ingest est lissée en fonction de l’évolution des playlists (des conducteurs antenne) des prochains jours. On charge les playlists de diffusion et les playlists de comblement.

A J-1, le jour précédant la diffusion, 98% du contenu est stocké.

Mais ce n’est qu’une première étape.

En effet, au moment de la diffusion des programmes, pas question d’aller piocher les programmes les uns après les autres dans les cartouches du robot. Des automations de diffusion Harris (Photo de gauche) ont pris le relais. Ainsi, en parallèle, en SD et en HD, en fonction des playlists et grâce au robot, deux automations de diffusion ont copié sur leurs propres serveurs tous les fichiers nécessaires à la bonne diffusion de France 3.

Sur la photo au centre, au premier plan le serveur de diffusion SD en cours de remplacement. Au fond, de nouveaux serveurs Omnéon Spectrum dans lequel on peut stocker en permanence plus de 100 heures de programmes sur chacun. Ils doivent entrer en fonction avant fin avril.

Ces serveurs de diffusion ont une contenance plus limitée mais qui s’explique par le fait que par automation, les serveurs s’autopurgent. Dès qu’un média n’est plus dans les playlists, il est automatiquement supprimé. Il reste cependant encore une occurrence dans le robot data.

Toute cette mécanique d’ingest (enregistrement et stockage), de diffusion est le résultat de la création de conducteurs de diffusion. Nous en reparlerons.

Avant de poursuivre, il faut peut-être rappeler qu’il y a quelques années encore (et cela se fait encore dans certaines régies aujourd’hui), la diffusion d’une chaîne se faisait bien avec des cassettes qu’on enchaînait.  Une cassette ou plusieurs par émission, par pub, par clip etc. Les régies finales étaient livrées plusieurs fois par jour avec des chariots de K7 qui étaient entrées dans un robot qui plaçait ensuite les cassettes les unes après les autres au bon moment dans des magnétos qui les lisaient. En régie finale on s’assurait en permanence qu’on avait bien dans le robot toutes les cassettes des prochaines heures de diffusion. Cela parait si daté et pourtant…

La régie finale centre de diffusion des chaînes France 3 (et France 5)

La régie finale permet d’assembler les programmes pour construire une chaîne télé.

Mais France 3 n’est pas qu’une chaîne, elle existe en SD et en HD mais elle existe aussi en 24 chaînes régionales dont les programmes sont différents à différents moments de la journée.

Pour mémoire, la construction des grilles France 3 :

Les déclinaisons nationales et régionales de la grille de France 3

Les déclinaisons nationales et régionales de la grille de France 3

Comme nous l’avons déjà expliqué sur Media(s) un autre regard, les régions prennent le relais à des horaires définis chaque jour de façon très précise par le directeur d’antenne. Chaque chaîne régionale est alors diffusée directement depuis chaque région sur la TNT sur le canal 3.

Par contre, pour que France 3 nationale et ses 24 variantes soient diffusées à travers la France via les autres opérateurs satellite, ADSL, câble, les 24 antennes de proximité renvoient toutes à Paris, à la régie finale leur signal régional. Ces signaux arrivent à Paris grâce à TDF qui envoie par fibre un double Multiplex TMS (1 (principale) 2 (secours)).

Ces multiplex arrivent dans cette Salle Fibres :

La salle des fibres à la régie finale de France 3

La salle des fibres à la régie finale de France 3

Physiquement, ils arrivent sur le boitier orange en haut au centre de ces armoires techniques. Les multiplex sont décodés et transformés à nouveau en 24 fichiers qui partent dans une autre pièce.

A gauche, agrandies en vignette, les autres entrées fibre comme l’Assemblée nationale, la Tour Eiffel, les régies des plateaux de France 3 au siège de France Télévisions, le site de Vaise, France Ô, l’INA, le Serte…

Les signaux retours des régions sont arrivés dans cette pièce. Passons dans une autre salle technique pour la prochaine étape, leur assemblage et leur envoi aux diffuseurs.

Régie Finale de France 3 - Salle STC3 (gestion des multiplex de diffusion)

Régie Finale de France 3 – Salle STC3 (gestion des multiplex de diffusion)

Si vous regardez sur la gauche, vous commencez à être à nouveau en terrain connu. Mais oui, il s’agit bien de décodeurs satellite et ADSL. Ils interviennent à la dernière étape, celle de la vérification.

Pour l’instant nous avons récupéré les 24 signaux des régions dans la pièce précédente. Il va falloir commencer par les recaler entre eux et aussi avec le signal (HD et SD) de France 3 national. En effet, je vous rappelle que chaque signal régional est le résultat du signal national parti depuis ce site, complété par moment par des programmes régionaux et renvoyé ici à Paris. Ce trajet aller-retour créé un retard d’environ 15-20 secondes.

Ces synchronisations se font dans l’armoire technique au centre, celle avec tout l’enchevêtrement de câbles. Vous pouvez d’ailleurs lire sur le bas LAR pour ligne à retard.

Les 24 chaînes régionales sont synchronisées avec le signal national (SD et HD). Avec France 5 (SD et HD) dont France 3 gère la diffusion hors TNT, elles peuvent donc être envoyées sous forme de multiplex SDI aux opérateurs. Enfin sauf à Canal Sat / TNT Sat qui demande un multiplex ASI. Par ailleurs, certains opérateurs payent une diffusion double (principale et secours) mais pas tous!

La collection de décodeurs TNT Sat à la verticale dans cette salle technique correspond à la dernière étape de la régie finale, le contrôle de la diffusion. TNT Sat ayant été le premier diffuseur hors TNT de toutes les versions régionales de France 3, la régie finale a acquis des décodeurs pour recevoir et vérifier les signaux de toutes ces chaînes. Elle en a ensuite fait de même, comme le voit à gauche, avec les opérateurs ADSL…

Et c’est enfin sur la partie droite de la photo que se situe le Dataminder, une technologie très puissante qui permet une supervision générale et automatisée des pannes tout au long du cheminement des signaux des différentes chaînes France 3.

J’aurai aussi pu vous résumer le processus de diffusion des chaînes France 3 ainsi :

Le plan de diffusion Sat FAI France 3

Le plan de diffusion Sat FAI France 3

Mais aurai-je vraiment été plus clair?

Voilà pour la partie diffusion.

Les autres missions du site de régie finale France 3

Comme nous l’avons vu, le site de la régie finale de France 3 assure la création et diffusion de France 3 nationale mais aussi la diffusion hors TNT des différentes versions de France 3.

Sur le même site on trouve aussi la bandothèque de France 3 mais aussi un labo quand il faut parfois reprendre un élément d’un programme (floutage par exemple). Ce labo est sur ce site car c’est aussi ici que sont vérifiés les PAD envoyés par les producteurs.

Si certains sites internes à France Télévisions, peuvent transmettre leurs programmes via des fibres, les producteurs ne peuvent pas encore transmettre leur programmes de façon dématérialisée.

Les K7 sont donc livrées, vérifiées et dématérialisées, stockées sur serveur. Cela se passe dans la salle de vérification des PAD :

Robot et salle de vérification des PAD - Régie finale de France 3

Robot et salle de vérification des PAD – Régie finale de France 3

Actuellement, les K7 sont tout d’abord vérifiées avant d’être numérisées. Cela pourrait se faire dans le sens inverse dans un proche avenir. Ainsi les services des bandes annonces ou d’autres services comme ceux de l’audio-description pourraient avoir accès aux programmes plus rapidement encore et placer leurs informations directement sans passer par des histoires de Time Code.

Dans cette salle on vérifie que les programmes sont conformes au cahier des charges technique de France 3. Ils sont alors numérisés via le robot (assez ancien) à gauche.

J’aurai encore pu vous montrer d’autres pièces comme celle où l’on reçoit un certain nombre de programmes par satellite via plusieurs paraboles dont une motorisée à 370°. Mais il est vrai que c’est le nodal de France 2 au siège qui gère la majorité des réceptions satellite pour France 3. Le voici en photo lors du Téléthon.

Le nodal de France 2

Le nodal de France 2

J’aurai aussi pu vous montrer les appareils informatiques Orade pour l’habillage de l’antenne. (Cartes Miranda)

Dans la même se trouvent d’autres disques de stockage. On y stocke en effet en permanence mais en basse résolution un an d’antenne nationale de France 3 et 3 mois de chaque flux régional. Ces stockages (doublés) sont demandés par le CSA. En cas de contestation, la chaîne doit être en mesure de fournir une copie de ses programmes. Ces milliers d’heures sont aussi mises en réseau pour être consultables depuis le siège de France Télévisions. La consultation reste cependant très limitée pour ne pas saturer ce serveur peu adapté à cela.

Cet article était particulièrement technique, mais il me semblait important de vous raconter aussi tout ce qui se cache derrière la diffusion d’une chaîne comme France 3. On est tellement habitué et blasé aujourd’hui de recevoir des flux d’images sur tout type de supports et n’importe où mais cela est le résultat d’une ingénierie complexe qui mérite aussi un coup de projecteur!

De façon plus accessible nous reviendrons encore prochainement sur le rôle d’un chef de chaîne. Comment se construit le conducteur chaîne?  Comment réagit-on en cas de problème technique? Comment est organisé la maintenance, la supervision de tous ces dispositifs.

Et bien sûr nous parlerons encore de ces bascules quotidiennes entre la continuité nationale de France 3 et les antennes de proximité.

A lire aussi :
France 3 : 40 ans, 24 chaînes régionales, une chaîne nationale HD et SD
La visite de la régie finale de France 3
Evolution : D’une régie finale France 3 à un Centre de Diffusion et d’Echange France Télévisions


Media(s) un autre regard est en sommeil. Les explications dans cet article Making of(f)!

La production TV qui inspire les autres formes de rencontres avec le public?  Retrouvez les nouvelles activités – Interventions, Conseil, formation… – de l’auteur sur Emmanuel Matt Accompagnement et sur les réseaux sociaux : Twitter @EmmanuelMatt et sur Facebook   

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)






3 commentaires


  1. Julien

    Article très intéressant, mais il faudrait vraiment penser à mettre des images plus grandes en zoom, qu’on puisse lire et bien voir ce qu’il y a dessus.


    • Julien

      Merci pour le compliment.

      Je comprends ta remarque.

      A chaque fois que je publie un article j’ai des dizaines de photos que j’aimerai vous proposer. Mais voilà il y a déjà aujourd’hui plus de 3300 photos sur le site. Ces photos sont stockées en plusieurs formats et tout cela prend donc de la place chez l’hébergeur.
      Je dois donc à chaque fois me limiter en nombre de photos. Cela passe alors par des choix ou par des assemblages de photos mais donc en taille plus réduite.

      Ce site est actuellement un travail personnel que la publicité ne parvient pas à financer. Pour cela il faudrait que vous soyez encore plus nombreux à le lire… Avis aux lecteurs…

      Je vais cependant essayer de professionnaliser et d’améliorer certains aspects du site dans les prochaines semaines.
      J’aimerai en faire bien plus mais cela ne pourra se faire qu’avec l’arrivée de partenaires et d’investisseurs pros dans le domaine du Web comme moi je l’ai été dans la production audiovisuelle.

      Merci de votre compréhension à tous.


  2. Encore un article passionnant, merci pour tout ce travail.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *