Genres

15 avril 2013

Réel? Imaginaire? Les coulisses de La Dernière Campagne mercredi sur France 2

Tournage la derniere campagne GMT Production Clap

Vrai ou faux décor de l’Elysée et de l’appartement de Jacques Chirac ? Vrai Sarkozy ou personnage joué par Thierry Frémont ? Tournage à Cayenne ou à Paris ? Histoire vraie ou imagination du scénariste. La Dernière Campagne, fantaisie politique à clés, mercredi à 20h45 sur France 2.

Vous pensiez voir un docu-réalité de la campagne de l’élection présidentielle 2012? Non, ce n’est pas cela. Vous aviez envie de découvrir des indiscrétions sur des manœuvres politiques entre François Hollande et Jacques Chirac pour faire battre Nicolas Sarkzoy, pas sûr que les historiens et spécialistes de la politique ne valident certaines scènes.

Par contre si vous avez envie de vous laisser emporter par la fantaisie de Bernard Stora, inventeur d’une dernière campagne imaginaire d’un Jacques Chirac intervenant dans la campagne électorale bien réelle de François Hollande en 2012, La dernière Campagne pourrait vous intéresser.

Ce Téléfilm produit par Jean-Pierre Guérin & Véronique Marchand pour GMT Productions et réalisée par Bernard Stora est difficile à définir. Thierry Sorel, Directeur de la fiction à France 2 nous en parle comme d’une « fiction librement inspirée », dont certains passages du film relatent aussi des informations moins connues du grand public et pourtant bien réels.

Mais non, Jacques Chirac n’a pas assisté à un meeting de François Hollande, n’a pas mis le feu à la loge, ne lui a pas appris comment réussir des serrages de main. Il ne lui a pas non plus inspiré ni la taxe à 75% ni la tirade du Moi Président…

Fantasme ou réalité ? : Rencontre entre François Hollande (Patrick Braoudé) & Jacques Chirac (Bernard Le Coq) - La dernière campagne - France 2

Fantasme ou réalité ? : Rencontre entre François Hollande (Patrick Braoudé) & Jacques Chirac (Bernard Le Coq) – La dernière campagne – France 2

Et pourtant le Jacques Chirac de Bernard Stora, un homme vieillissant mais toujours malin et taquin dans ses moments de lucidité rêve de ces rencontres improbables avec François Hollande, celui pour lequel il a annoncé publiquement vouloir voter. Une manière pour ce Jacques Chirac de participer à une campagne électorale de plus, sa dernière?

Et c’est vrai, on l’a vu dans le JT, que Jacques Chirac, le vrai, avait annoncé publiquement vouloir voter pour François Hollande avant que les femmes de la famille ne tentent de corriger ses propos. D’ailleurs, en déléguant son vote à Bernadette Chirac, a-t-il voté ou pas pour Hollande ? Le film nous raconte une réunion entre Bernadette, sa fille (interprétée par Anne Loiret), les avocats de la famille avant ce jour de vote.

Pas sûr que Bernadette Chirac, la vraie, n’apprécie cette séquence, pas plus d’ailleurs que le reste du film. Joli travail de comédie pour Martine Chevalier, Bernadette Chirac dans le film, on adore détester la froideur de son personnage.

Vraie, fausse Bernadette ? Rêve ou réalité ? Si en plus je vous dis que le film mélange séquences de fictions avec les trois comédiens et des séquences d’archives tournées pendant la campagne… Vous êtes perdu ?

Voilà pourquoi, devant ce téléfilm d’un genre inédit mêlant personnages réels et vivants et fictions, il faut oublier tous ses repères, les codes de l’info et de la fiction et se laisser emporter dans une fantaisie. La transition vers le premier rêve est un peu dure de mon point de vue mais on se prend vite au jeu.

Une fantaisie qui comme l’explique Thierry Sorel, a pour finalité de raconter une histoire de manière originale, de toucher les gens, de parler de ce personnage qu’est Jacques Chirac et, en creux, de la vieillesse. C’est l’histoire d’un homme qui a eu une carrière impressionnante, qui a gouverné un pays mais qui a perdu ses moyens à la fin de la vie. Quand on a été un animal politique et qu’on est déclinant, cela doit être difficile…

Et c’est vrai qu’encore une fois, et c’est particulièrement paradoxal en pleine affaire Cahuzac, Jacques Chirac, personnage principal  de cette fiction, nous parait si sympathique. Le film débute pourtant au moment du verdict concernant l’affaire des emplois fictifs de la Mairie de Paris où il est condamné à 2 ans de prison avec sursis.

Bernard Stora et ses équipes en tournage en studio - La dernière Campagne (GMT / France 2)

Bernard Stora et ses équipes en tournage en studio – La dernière Campagne (GMT / France 2)

L’évocation de cette affaire n’est pas un hasard car, comme l’explique Jean-Pierre Guérin, producteur de ce téléfilm, le projet initial était de raconter le procès Chirac.
Des contraintes de délai, de calendrier auraient impliqué de tourner la fiction comme un reportage. Il a donc été décidé de faire évoluer le projet. Initié en décembre 2011 à la fin du procès Chirac, l’écriture du scénario s’est terminée à la fin de l’élection présidentielle. Les deux journalistes du Monde : Françoise Fressoz et Pascale Robert-Diard qui suivaient la campagne présidentielle continuaient alors encore à alimenter le scénariste en informations pour la finalisation du scénario.

Le film a été tourné en 23 jours entre mi septembre et mi octobre 2012 dans des décors naturels mais aussi en partie en studio. Ont suivi six semaines.

2,2 millions € de budget financés quasi exclusivement par France 2 avec tout de même (et elle ne semble pas évidente à obtenir) une subvention de la Région Ile de France.

A-t-il été difficile de récupérer les archives, les images réelles de la campagne? Pas de difficulté particulière m’explique Jean-Pierre Guérin avec les Jt de TF1 alors encore présentés par Laurence Ferrari ou avec les images de la campagne de François Hollande.
Par contre, de grandes difficultés avec certaines images de la campagne de Nicolas Sarkozy. En effet, l’ex Président avait choisi d’interdire certains tournages à la presse, ses équipes étaient alors les seules à le filmer. Ces images appartiennent alors aujourd’hui à la Droite. Il a été très difficile d’obtenir certaines images. (Démocratique?)

Conseil constitutionnel, appartement de Jacques Chirac, Elysée… Il aurait été trop complexe de tourner dans ces lieux. Par ailleurs, pour Bernard Stora, l’important était que le décor réponde à son imaginaire. Il avait imaginé un bureau du Président à l’Elysée dans lequel on trouverait aussi un coin salon, une table pour les petits déjeuners.

Nicolas Sarkozy (Thierry Frémont) - La dernière campagne - France 2 (© Gilles Gustine / FTV)

Nicolas Sarkozy (Thierry Frémont) – La dernière campagne – France 2 (© Gilles Gustine / FTV)

Ces séquences à l’Elysée ont été tournées dans un château en région parisienne non loin de celui de Rambouillet. Un lieu de tournage inédit pour le producteur et le réalisateur mais trouvé grâce au travail des équipes de réalisation.

Contraintes de production obligent, les décors ont été regroupés. Ainsi, dans ce château, ont aussi été tournées les scènes dans l’appartement de François Pinault, les séquences au Conseil Constitutionnel. Enfin, une loge d’avant meeting de Nicolas Sarkozy y a été reconstituée.

Efficacité et pourtant, « je suis très difficile pour les lieux, pas car je suis un méchant bonhomme mais je pars du principe, et j’ai toujours fait comme ça, qu’il existe quelque part exactement le lieu que j’ai imaginé ! » ainsi s’exprime Bernard Stora. « Tant que je n’ai pas ce lieu, je n’arrive pas à fonctionner. Mais heureusement comme je ne suis ni têtu ni obstiné, ni complètement stupide, il peut se faire que l’on me montre un décor tout à fait différent qui tout à coup me lance sur une nouvelle piste que je trouve extrêmement intéressante. L’inspiration du décor est fondamentale pour moi. »

L’accessoirisation des lieux est alors secondaire pour lui. Il s’agit avant tout de recréer une ambiance, un état d’esprit.

Les séquences dans l’appartement des Chirac ont été tournées dans un autre appartement dans le 17ème arrondissement à Paris. Les vues sur l’extérieur depuis cet appartement ont été reconstituées par des tournages en incrustation sur fond vert ou bleu (comme à la météo : Lien)

Les fonds verts ou bleus ont aussi été très utilisés en studio. Un restaurant asiatique, un décor situé au Maroc, à Cayenne ont été reconstitués. Bernard Stora et son Chef opérateur Gérald de Battista utilisent depuis de nombreuses années cette technologie.

Les voici en tournage dans un avion reconstitué en studio où l’on aperçoit l’utilisation de techniques d’incrustation sur fond bleu et fond vert.

La dernière campagne sur France 2 - Making of du tournage en incrustation dans un avion reconstitué en studio (Réalisation de Bernard Stora)

La dernière campagne sur France 2 – Making of du tournage en incrustation dans un avion reconstitué en studio (Réalisation de Bernard Stora)

Cet assemblage de captures d’écran extraite du making of officiel du tournage cette fiction vous montrent Bernard Stora supervisant la réalisation d’une séquence tournée à deux caméras. Une partie d’un avion a été reconstituée en plateau.

Le décor de l’avion est placé sur un fond bleu pour permettre de compléter le décor en images de synthèse. Par ailleurs, Bernard Stora utilise aussi du vert pour une seconde incrustation sur les écrans TV dans le décor de l’avion. Vous apercevez ces feuilles vertes placées sur les écrans dans la petite vignette en bas à gauche et le résultat après incrustation, en haut à droite.

Voici les images du making of du tournage de la série en studio :

Vous y découvrez aussi des interview des comédiens qui complètent l’article de Jessica Chanteux publié il y a quelques jours sur Media(s) un autre regard. Elle donnait alors la parole à Patrick Braoudé et Thierry Frémont. Mercredi, nous vous proposerons par ailleurs une interview complémentaire de Bernard Le Coq l’incarnation désormais de Jacques Chirac dans les fictions! Mais pas que…

Bernard Stora, réalisateur, co-scénariste et auteur des dialogues de La Dernière Campagne avait une idée très précise des comédiens : « Le trio j’en étais sûr. Le Coq pouvait reprendre le rôle et le jouer différemment que dans La conquête. Thierry Frémont, je l’ai toujours toujours toujours imaginé dans ce rôle, ce coté petite nerveux. Et Patrick Braoudé, c’est Nicolas Ronchi, Directeur de casting qui en a eu l’idée. Nous n’avons pas eu d’hésitation »

Vous en savez désormais un peu plus sur les coulisses du tournage de La Dernière Campagne. J’espère que l’histoire, le mélange des archives et séquences de fictions, le mélange de faits réels et de pure fiction vous intrigue toujours. Vous prendrez alors plus de plaisir à regarder ce film.

Vrai, illusion? France 2 indiquera mercredi avant le début du film par un carton, que cette fiction est librement inspirée de la réalité…

Librement, mais les passionnés de politique chercheront surement au cours du film à reconnaître chacun des personnages secondaires. A nous cependant de trouver puisque la production a choisi de ne pas indiquer en sous-titre les noms des prénoms nommés dans le film.

A film à regarder avec de très différents regards !

A lire aussi :
– Interview en projection presse de Patrick Braoudé et Thierry Frémont
Interview de Bernard Le Coq, l’incarnation de Jacques Chirac


Media(s) un autre regard est désormais en sommeil. Les explications dans cet article Making of(f)!

Vous pouvez cependant continuer à suivre les commentaires sur l’actu TV sur le fil Twitter et sur mon compte personnel : @Emmanuelmatt

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)






0 commentaire


Soyez le premier à déposer un commentaire!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *