Réalisation

18 avril 2013

Au cinéma ce soir, séance unique : un Ballet réalisé à 8 caméras en direct depuis l’Opéra Bastille

Un ballet à l’opéra bastille diffusé en direct en France et en Europe ce jeudi soir au cinéma. Gros plan sur la partition à 8 caméras du réalisateur Thomas Grimm. Une réalisation racontée en 3 langues dans le car régie Lille Filière Production de France Télévisions.

Mardi, dans un précédent article, nous nous étions quittés sur cette photo des premières secondes du ballet : La Troisième symphonie de Gustav Mahler, une chorégraphie de John Neumeier.

Troisième Symphonie de Gustav Mahler à l'Opéra Bastille. Chorégraphie de John Neumeier

Troisième Symphonie de Gustav Mahler à l’Opéra Bastille. Chorégraphie de John Neumeier

L’occasion de discerner, face aux danseurs, les images des moniteurs de cinq des sept cadreurs.

Nous avions aussi élargi le plan sur une photo toujours prise en fond de la salle, derrière la vitre de la salle des projections, ce qui nous permettait de voir au premier plan une caméra supplémentaire, fixe :

Les caméras dans la salle de l'Opéra Bastille - Captation d'un ballet

Les caméras dans la salle de l’Opéra Bastille – Captation d’un ballet

Pas simple cependant de retrouver les 5 précédentes caméras installées au cœur du public de l’Opéra Bastille.

Alors on zoome !

Les 5 caméras de face - Captation Ballet Troisième Symphonie de Gustav Mahler - Opéra Bastille

Les 5 caméras de face – Captation Ballet Troisième Symphonie de Gustav Mahler – Opéra Bastille

5 caméras installées au rang 12 et dirigées vers la scène de 30 mètres de large mais avec des optiques différentes. En effet, les deux caméras extérieur (2) & (6) sont équipées d’optiques x 87 pour réaliser en priorité les gros plans. Les deux caméras (3) et (5) plus au centre sont équipées d’optiques x 76 pour des plans moyens alors que la caméra centrale destinée à des plans larges est équipée d’une optique x 22.

Pas de praticables cependant comme dans des salles de spectacles type Zénith ou Bercy. Les caméras ont été installées entre les fauteuils non démontables de la salle, sur des pieds Bazooka.

Caméra lourde sur pied Bazooka (Opéra Bastille - Paris) Captation d'un ballet

Caméra lourde sur pied Bazooka (Opéra Bastille – Paris) Captation d’un ballet

Ainsi ces caméras lourdes peuvent s’intégrer entre les fauteuils sans trop gêner le public. Vous remarquerez que, comme la cadreuse vêtue de noir, les caméras sont habillées de coton gratté noir. Du Cinefoil noir (un « papier » métallique noir) entoure les moniteurs de contrôle.

Revoyons cette fois-ci ces caméras mais de face, non pas depuis la scène mais d’un endroit inaccessible pour le Grand public, la fosse orchestre :

Depuis la fosse orchestre de l'Opéra Bastille à Paris (Implantation des caméras)

Depuis la fosse orchestre de l’Opéra Bastille à Paris (Implantation des caméras)

Au moment de la photo, les techniciens son Kairos Music / France Télévisions terminent l’installation des 35 micros orchestre et choeurs complétés de couples au dessus de la fosse et dans le public pour le son 5.1.

Depuis ce point de vue vous apercevez ainsi les 5 caméras de face, la caméra (8) fixe en fond de salle mais aussi à Jardin, une caméra supplémentaire (7) avec son pendant à Cour (1).

Thomas Grimm a choisi avec le chorégraphe une mise en image assez classique et de face. Pas de machinerie complémentaire comme un rail. Par ailleurs, il semble qu’aucune grue n’ait été installée à l’opéra Bastille pour une captation. Trop gênante pour le public? Pas adaptée à ces spectacles?

Direction le car régie Lille Filière Production (France Télévisions) pour découvrir le résultat à l’image, où comment sont utilisées ces 8 caméras.

Pas de conducteur cependant comme à la télévision mais un autre support pour suivre le ballet, une partition simplifiée de la symphonie.

Captation de la Troisième Symphonie de Malher à l'Opéra Bastille - Partition de Myriam Hoyer, scripte de Thomas Grimm

Captation de la Troisième Symphonie de Malher à l’Opéra Bastille – Partition de Myriam Hoyer, scripte de Thomas Grimm

Une partition qui devrait rappeler un autre article de Media(s) un autre regard, celui qui vous présentait le métier de Topeur au spectacle. Nous avions ainsi découvert la partition de la topeuse d’Aïda au Stade de France.

La topeuse avait ajouté sur sa partition de nombreuses indications pour raconter le déroulement du spectacle, donner un top aux figurants, aux manipulateurs du décor, à la lumière et ainsi faire vivre l’ensemble du spectacle.

La mission de Myriam Hoyer, scripte de ce direct, est ici de raconter tout ce qui va se passer sur scène et quelle caméra doit réaliser quel plan à quel moment.

On retrouve ainsi des phrases (en anglais), des post-it de différentes couleurs, des notes surlignées de mauve d’autres de vert… Tout a une signification pour la scripte que tous les cadreurs écoutent « religieusement » pendant toute la durée du ballet.

Comme nous l’évoquions dans le précédent article, certains cadreurs ont déjà vu le spectacle avant la première captation. D’autres ont regardé une vidéo tournée en plan fixe. Depuis la première captation samedi, les cadreurs ont aussi été débriefés sur chacune des images déjà tournées pour affiner leur travail mais il revient toujours à la scripte de raconter le travail de tous pendant les deux heures du ballet. Pas question de la perturber pendant le direct ou alors on risque un « shut up! » du réalisateur!

…They get up slowly
Camera 5 : The boy right side
One boy will enter from right side
Thomas, … Die leute …
Camera 5 : Two boys enter right side
Camera 3 : Follow the marching group when they pass … The marching group is coming… 3, follow them… Thank you 3
He gets up The couple goes on knees.. Group gets out.
High Arms, two times
Again Camera 2 : the hands
Arabesque.. turning, 2 steps right side,
Camera 7 : wide shot with…
Camera 6 : red girl…
Pirouette…
Camera 2 and 3 come back, here they are. Turning on point with stretch leg. Turn upside down

Oui, un ballet raconté par cette scripte d’origine allemande en trois langues : Anglais, pour tous mais aussi en allemand, enfin en danois, quand elle s’adresse à Thomas (à prononcer Thomassss) Grimm, le réalisateur danois.

Vous avez aussi pu y trouver du vocabulaire français quand il concerne des pas de danse. Les mots français sont devenus internationaux (Arabesque, Pas de deux pas de trois..) et, mon préféré, Pirouette, qui dans la bouche de Myriam devient Piyourette! Je dois dire, et elle me pardonnera, qu’en assistant au premier tournage du ballet samedi depuis le car, j’attendais ces Piyourettes avec impatience!

Toute cette narration du spectacle à destination des cadreurs est le résultat d’un très long travail de la scripte avec le réalisateur, à regarder et découper chaque mouvement des danseurs solistes, en duo, en groupe et à savoir le traduire en quelques mots. La scripte a aussi noté tous les choix du réalisateur : Quelle caméra filme quoi et à quel moment pendant le ballet.

Pendant tout le direct, elle doit être très concentrée pour raconter le tout avec toujours quelques instants d’anticipation. Les cadreurs doivent aussi être très attentifs.

Comme vous avez pu le lire dans cet extrait d’indications données par la scripte, elle parle des pas de danse, des déplacements, aide les cadreurs à repérer les personnes par la couleur de leur vêtement. Elle insiste aussi sur les bras et les mains à bien conserver dans le cadre.

Monitoring réalisation Troisième Symphonie de Gustav Malher - Opéra Bastille (Chorégraphie de Johnn Neumeier)

Monitoring réalisation Troisième Symphonie de Gustav Mahler – Opéra Bastille (Chorégraphie de Johnn Neumeier)

Nous avions commencé par les toutes premières secondes du ballet, voici la toute fin, au moment du salut des danseurs et du chef d’orchestre Simon Hewett.

Cette vue d’ensemble du monitoring image du réalisateur vous permet déjà de découvrir la répartition des valeurs de plan. Ainsi sur la ligne intermédiaire en voit bien que les deux caméras extérieur sont en gros plan, les caméras (3) & (5) réalisent des plans moyens et la caméra centrale (4) réalise un plan large, mais un peu moins large que le plan de la caméra fixe (8) qui nous montre un peu de public en amorce, un public qu’on ne verra cependant pas du tout pendant la diffusion. On n’est pas à la télé!

Au moment de cette photo, toutes les caméras sont focalisées sur le chef d’orchestre et les danseurs étoile.  Revoyons le résultat un peu plus tôt, lors d’un tableau du ballet :

Les caméras de la réalisation par Thomas Grimm de la captation du ballet de la Troisième Symphonie de Gustave Mahler à l'Opéra Bastille

Les caméras de la réalisation par Thomas Grimm de la captation du ballet de la Troisième Symphonie de Gustav Mahler à l’Opéra Bastille

Cette fois-ci la scène est plus variée. Sur le plan de la (4) choisi par le réalisateur, on aperçoit trois danseurs, un premier regardant à Jardin, un second se dirigeant à Cour et le troisième en équilibre sur une main et un pied. Cette variété de mise en scène nous permet de mieux observer le rôle de chaque caméra.

Ainsi, la caméra (4) réalise un plan général mais moins large que la caméra fixe (8). Trois des 5 caméras de face (2), (3) & (6) réalisent des gros plans ou plans moyens des trois danseurs. A chacun le sien. Les deux caméras à Cour et Jardin, réalisent des plans de profil. La (7) réalise ainsi un gros plan de la danseuse s’apprêtant à quitter la scène à Cour, pendant que la (1) réalise depuis Jardin un plan à 3 légèrement de profil.

Et ainsi de suite pendant le ballet, tout cela varie selon les consignes données par la scripte.

Le réalisateur est alors silencieux, il ne parle pas aux cadreurs, il se contente alors de pousser les caméras, de les commuter en passant de l’une à l’autre. Pendant la première captation samedi il faisait cependant encore de temps à autre une remarque à sa scripte pour lui demander de noter tel ou tel changement d’ici le direct de ce jeudi soir.

D’après mes constats samedi soir, le réalisateur avait fait le choix de passer principalement des plans larges réservant semble-t-il les plans plus serrés au montage. Cela aura peut-être évolué ce jeudi soir en direct après les deux captations de samedi et mardi. En effet, les cadreurs seront plus rodés et donc préparés à ne rater aucun mouvement des danseurs en gros plan. Pas sûr cependant car le réalisateur a peut-être choisi de rester sur des plans larges pour que les spectateurs au cinéma aient une vue assez identique à celle des spectateurs qui assisteront encore ce jeudi soir au ballet à l’Opéra Bastille. Les gros plans seront peut-être plus présents lors de la diffusion sur France Télévisions à la rentrée.

A découvrir en direct ce jeudi soir dans l’un des 41 cinémas en France et 45 cinémas en Europe qui diffuseront le spectacle. Et à la rentrée sur France Télévisions. (Liste des salles de cinéma) Début du spectacle à 19h30.

Merci encore à toutes les équipes pour leur accueil.

A lire aussi :
La mise en place du direct de ce jeudi soir


Media(s) un autre regard est en sommeil. Les explications dans cet article Making of(f)!

La production TV qui inspire les autres formes de rencontres avec le public?  Retrouvez les nouvelles activités – Interventions, Conseil, formation… – de l’auteur sur Emmanuel Matt Accompagnement et sur les réseaux sociaux : Twitter @EmmanuelMatt et sur Facebook   

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)






0 commentaire


Soyez le premier à déposer un commentaire!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *