Genres

22 avril 2013

Le Piège Blanc dans Thalassa sur France 3, le 3 mai : Les premières images

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Mots-clés : , , , , , , ,
Le Piège Blanc - Le Cinquième Rêve - Réalisation Thierry Robert - Photo : Andy Parant

L’hiver a été froid en France? Le printemps aussi? Le piège Blanc, l’aventure d’Alban Michon et Vincent Berthet pendant deux mois au coeur des glaces du Groenland sur France 3 le 3 mai dans Thalassa devrait nous aider à relativiser! Premières images des deux aventuriers en attendant de découvrir le dispositif de tournage embarqué, sur terre et en plongée.

En août 2012, fin de l’été arctique, le plongeur Alban Michon et le cameraman Vincent Berthet ont dérivé en kayak de mer sur 1000 km pour relier les deux seules communautés de l’une des côtes les plus sauvages au monde, au départ du petit village d’Ittoqqortoormiit! (Mot compte triple!)

Presque deux mois (51 jours) à naviguer, pagayer sur une mer en partie gelée, à croiser d’impressionnants icebergs, à éviter les ours polaires et à réaliser des plongées dont les images sont toujours aussi étonnantes.

Aventure réussie comme on le voit sur cette photo :

Alban Michon & Vincent Berthet - Le piège blanc - Le Cinquième Rêve -  Photo : Andy Parant

Alban Michon & Vincent Berthet – Le piège blanc – Le Cinquième Rêve – Photo : Andy Parant

Je vous présente, à gauche, Vincent Berthet, cameraman spécialiste des pôles et explorateur. Il a déjà participé à d’autres aventures telles que : un an autour de l’Amérique du nord en voilier, une campagne polaire au Spitzberg, la voie du pôle et autres pérégrinations entre Alaska et Cap Horn.

A droite, Alban Michon, plongeur professionnel, spécialiste des immersions sous-marines, sous glace et souterraines. En 2010 il a déjà participé à l’aventure Deep Sea Under The Pole au pôle nord.

Sur cette photo, ils sont plutôt en forme. Le visage un peu poilu, mais en forme présentant le logo de Le Cinquième Rêve, la société productrice du film de cette aventure.

Et pourtant, pendant les 110 minutes du film Le Piège Blanc, c’est plutôt dans cette tenue et dans ces conditions difficiles qu’on les retrouve :

Le Piège Blanc - Alban Michon et Vincent Berthet en difficultés - Le Cinquième Rêve /  France 3 - Photo : Andy Parant

Le Piège Blanc – Alban Michon et Vincent Berthet en difficultés – Le Cinquième Rêve / France 3 – Photo : Andy Parant

L’un des deux aventuriers vient à l’aide de son compagnon d’aventure pour le sortir de l’eau glacée. La surface de la mer gelée semblait suffisamment solide pour sortir des kayaks et poursuivre l’aventure à pied. Les apparences sont parfois trompeuses! Et dans le Groenland, les conséquences peuvent être rapidement dangereuses pour deux hommes.

Merci les tenues de survies, les couches protectrices contre l’eau et le froid. Et encore… « Le matériel dit étanche, dans l’eau, ne l’est pas du tout… Ce qui est incassable, casse… Insubmersible? Ca coule… » voilà pendant le film le constat de Vincent Berthet (M.àJ.), un soir, sous la tente deux places, leur seul abri!

Ce qui est valable pour les deux aventuriers l’a aussi été pour l’équipe de tournage qui les a accompagné pendant une partie de l’aventure. Mais pas de grosse casse technique, si l’on excepte la plongée du drone!

Conditions extrêmes de tournage : Le Piège blanc sur France 3 - Production Le Cinquième Rêve - Ph. Andy Parant

Conditions extrêmes de tournage : Le Piège blanc sur France 3 – Production Le Cinquième Rêve – Ph. Andy Parant

Vous aurez reconnu l’un des deux aventuriers tentant de pagayer et d’avancer dans cette mer mélange d’eau, de glace et de neige. A droite, emmitouflé sous la neige, il s’agit bien d’un cadreur installé à l’avant d’un zodiac, plus précisément il s’agit du réalisateur, Thierry Robert.

En effet durant les 51 jours de la traversée, Alban et Vincent, les deux jeunes aventuriers ont été réellement seuls pendant un peu plus de 25 jours. Ils étaient alors uniquement en contact par téléphone satellite quasiment tous les jours avec Miss météo (Géraldine Foulgoc) mais surtout avec le réalisateur qui selon les situations vécues leur demandait s’ils avaient pensé à tourner telle ou telle image.

Pendant trois semaines après le départ, puis une semaine avant leur arrivée, tout en continuant à réaliser leur voyage sans assistance technique, ils étaient suivis d’un bateau technique destiné à renforcer les moyens de tournage.



style= »display:inline-block;width:336px;height:280px »
data-ad-client= »ca-pub-4136538743839209″
data-ad-slot= »9372639373″>

Lors d’une précédente aventure dont le film était déjà produit par Le Cinquième Rêve, La voix du pôle, déjà réalisé aussi par Thierry Robert, les deux aventuriers – Sébastien Roubinet et Rodolphe André – s’étaient filmés eux-mêmes et uniquement. Il avait été techniquement impossible de les suivre avec un bateau. Puisque c’était cette-fois possible, la production a choisi de monter en gamme en ajoutant une équipe de tournage pendant une partie de l’aventure et même une petite grue sur le bateau principal, l’Uiloq.

Nous reviendrons dans un prochain article sur l’ensemble des moyens de tournage embarqués par les deux aventuriers notamment quand ils étaient seuls, mais aussi ceux sur le bateau sans oublier de parler des moyens techniques et humains spécifiques aux plongées.

Sur les 100 heures de rushs en 51 jours, 50% ont été tournées par les deux aventuriers avec leurs propres caméras.

Le Piège Blanc - Le Cinquième Rêve - Réalisation Thierry Robert - Photo : Andy Parant

Le Piège Blanc – Le Cinquième Rêve – Réalisation Thierry Robert – Photo : Andy Parant

Dès le début du film, on comprend vite que certaines images n’ont pas pu être tournées par les Go Pro et caméras de poing des deux aventuriers.

On aperçoit par ailleurs des images aériennes et des images de Alban Michon plongeant le long des icebergs. Les premières sont en majorité issues d’images d’archives du Groenland, les secondes sont filmées par René Heuzey, chef opérateur, spécialiste des images sous-marines.

Comme me l’explique Nicolas Zunino, la production a poussé l’idée jusqu’à insérer en montage des images « désynchronisées » pendant la période de l’aventure où les deux explorateurs étaient bien totalement seuls. Ainsi on assiste même alors à une plongée sous-marine filmée par René Heuzey. Elle n’a donc pas eu lieu au moment où elle nous est présentée dans le film de cette aventure.

Sans dénaturer l’aventure humaine bien réelle, Le Cinquième Rêve a choisi d’équilibrer l’ensemble du film en répartissant les images spectaculaires de plongées comme les images aériennes tout au long du film. Ce que l’on perd en respect de la chronologie on le gagne en esthétique du film.

Ce procédé de réalisation est connu des spécialistes de films d’aventure notamment ceux qui sélectionnent les films comme Le Piège Blanc dans leurs festivals et qui sont intransigeants avec la réalité de l’aventure. En ce mois d’avril, le film est d’ailleurs présenté en avant-première à plusieurs festivals.

Le Piège Blanc, un film en HD, a nécessité 12 semaines de montage. Son budget : 450 000 euros en grande partie financé par France 3.

Les équipes de Le Cinquième Rêve travaillent déjà sur un autre projet de film : La Voie du Pôle, nouvelle version.

Lors de précédente expédition, les deux aventuriers avaient du faire demi-tour avant la fin du voyage. Sébastien Roubinet tentera à nouveau l’aventure mais accompagné cette fois-ci de Vincent Berthet, le cadreur explorateur du Piège Blanc.

Pour conclure, une photo du prochain article sur les moyens de tournage. On y voit notamment, bonnet rouge sur la tête (à la Cousteau?), Thierry Robert, réalisateur du film.

Le Piège Blanc - Thierry Robert réalisateur (avec Mattéo Rivoli) - Le Cinquième rêve, France 3

Le Piège Blanc – Thierry Robert réalisateur (avec Mattéo Rivoli) – Le Cinquième rêve, France 3

Le résultat le 3 mai à 20h45 sur France 3.

La suite des articles : 
- Le Piège Blanc, des hommes et des moyens de tournage
- Le Piège Blanc, exclusif, les premiers extraits du Making-of
- Le Piège Blanc, coulisses du tournage des plongées

Ils ont participé à la réalisation et production de ce film :
Le Piège Blanc (110 minutes)
Production : Le cinquième rêve avec la participation de : France Télévisions magazine Thalassa, de TV5 Monde, Planète+ Thalassa et du CNC, de la région Rhône-Alpes en partenariat avec 66° Nord, V8 (Distribution internationale : Kwanza)

Un film de Thierry Robert avec Alban Michon et Vincent Berthet, produit par Nicolas Zunino, écrit par Thierry Robert, Alban Michon, Vincent Berthet.
Images sous-marines : René Heuzey, assisté de Jean-Christophe Guerri.
Musique originale : Tristan Nihouarn
Montage : Alexis Barbier-Bouvet
1er assistant-réalisateur : Mattéo Rivoli, prises de vues drone : Philippe Estienne, infographiste 2D/3D : Christophe Silvestre, designer graphique : Laetitia Robaeys, régisseur général France : Patrick Pesenti. Narration écrite par Thierry Robert, narrateurs : Eric Daries & Franck Lorrain. Photographe : Andy Parant. Monteur son et mixeur : Simon Apostolou


Media(s) un autre regard est désormais en sommeil. Les explications dans cet article Making of(f)!

Vous pouvez cependant continuer à suivre les commentaires sur l’actu TV sur le fil Twitter et sur mon compte personnel : @Emmanuelmatt

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)






4 commentaires


  1. Hervé

    Bravo bravo bravo je vous kif vous m’avez fait rêver merci a vous et si vous êtes des héros


  2. Mickaël&Emilie

    Extraordinaire! Images fantastiques, ces paysages, ces animaux sous-marins, ces couleurs,… cet ours!!! Images, commentaires, émotions partagées avec les deux héros. Tout était fort agréable à regarder. Merci de partager avec nous votre aventure. Félicitations à toute l’équipe qui a œuvré pour ce film.


  3. legeay

    Même avec tous ces moyens techniques, l’aventure n’a pas été dénaturée. Les moments de solitudes faces à la nature, les moments de bonheurs face à la beauté de notre planète sont une vraie leçon d’humilité. Il faut montrer ce film à la planète entière pour montrer notre fragilité sur notre belle Terre, pour montrer que l’homme face à la difficulté peut s’en sortir. C’est un film à la fois très fort et optimiste.

    Merci pour ce moment de bonheur.

    Un montagnard des Pyrénées.


  4. Dahlberg

    Magnifique reportage!
    Bravo pour l’exploit sportif,Quelle belle aventure humaine,les images sont grandioses!
    la nature est fragile,l’homme ,aussi et en meme temps,il peut aller trés loin,au bout de ses rèves,à force d’amitié et d’amour de la vie!
    Que du bonheur,cette leçon d’optimisme:merci!



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>