Genres

28 avril 2013

« Au nom de la race et de la science » ce lundi sur France 3. La « science » utilisée pour « prouver »

Plus d'articles par »
Ecrit par : Jessica Chanteux
Étiquettes : , , ,

Ce lundi 29 avril à 23h45 sur France 3, un documentaire de la case « Docs/Interdits » : « Au nom de la race et de la science ». On pensait tout savoir des atrocités de la seconde guerre mondiale, ce documentaire montre le contraire…

« En novembre 1944, les troupes alliées découvrent dans le sous-sol de l’Institut d’anatomie de l’université de Strasbourg, 86 corps atrocement mutilés, les corps de juifs gazés au camp de Natzweiler-Struthof, sur l’actuel sol français.

Une découverte qui va mettre à jour l’un des projets les plus inconcevables et les plus méconnus du régime nazi : sous la direction d’Himmler en personne, une poignée de scientifiques reconnus, des aventuriers et des soldats fanatisés ont conjugué leurs efforts pour créer une collection de squelettes, allant jusqu’à assassiner des « spécimens » sélectionnés pour cet usage.

"Au nom de la science et de la race" - Les principaux responsables

« Au nom de la science et de la race » – Les principaux responsables

Alors que l’extermination des juifs avait été officiellement décidée au plus haut niveau, l’opération avait pour but de prouver l’existence des races, mais aussi de conserver une trace de la « race juive » après sa disparition. » (Extrait de la présentation dans le communiqué de presse)

Au terme d’une longue et fastidieuse enquête, Au nom de la race et de la science révèle étape par étape ce qu’il s’est passé. A l’initiative de Sonya Rolley, le documentaire a été réalisé par Tancrède et Axel Ramonet et produit par Temps Noir.

Des horreurs pendant la Seconde Guerre mondiale, on en a entendu parler, mais curieusement cette histoire est restée méconnue. Et pourtant ces 86 crimes bien que minimes par rapport au nombre considérable de victimes juives qu’a fait cette guerre, s’inscrivent dans l’un des projets les plus cruels du régime nazi.

Durant une heure, les archives (procurées par le Ministère de la Défense) et les interventions d’historiens, journalistes et d’un ancien élève d’August Hirt, médecin à l‘université de Strasbourg, celui qui a décidé de « constituer une collection anatomique de squelettes de femmes et d’hommes juifs à l’Université de Strasbourg », s’alternent et se complètent pour retracer chronologiquement cette histoire. Histoire qui montre jusqu’où ont pu aller certains êtres humains vis à vis de leurs semblables, comme les cinq responsables de ce massacre : August Hirt, Wolfram Sievers spécialiste des recherches sur la « race aryenne », Bruno Beger anthropologue qui s’est fait connaître avant la guerre pour ses travaux sur « l’origine géographique des aryens »,  Josef Kramer, commandant du camp de Struthof et Henri Himmler, chef de la SS qui a donné son accord à Hirt pour la « collection ».

Le camp de Natzweiler Struthof  (Photo : Temps noir) - Au nom de la science et de la race - France 3

Le camp de Natzweiler Struthof (Photo : Temps noir) – Au nom de la science et de la race – France 3

Au fur et à mesure de l’avancée du film, une ambiance pesante s’installe et très rapidement les premières images des corps mutilés apparaissent. On avait bien pris conscience de l’ampleur de ce projet diabolique, mais à la vue de ces images choquantes, on se rend d’autant plus compte de la perversité de cette « collection ». Viennent s’ajouter à cela, les propos détaillés sur la mort des 86 hommes et femmes, recueillis dans des coupures de presse et un fond sonore angoissant. Nous sommes plongés dans l’horreur de la Seconde Guerre mondiale et finalement nous n’en ressortons pas indemnes.

Il aura donc fallu attendre 2013, avec Au nom de la race et de la science, pour sortir cette histoire de l’ombre auprès du grand public. Après que Patrick Weschler y ait consacré une thèse en 1991, suivi de Robert Steegman quelques années plus tard, ce n’est qu’en 2003, que les noms des 86 victimes furent retrouvées par Hans Joachim Lang, permettant à l’équipe du film de les intégrer au générique de fin. Plus qu’un film, c’est un témoignage unique et un hommage aux 86 victimes.

Entrée du camp de Natzweiler Struthof  - Ph. : Temps noir - Au nom de la science et de la race - France 3

Entrée du camp de Natzweiler Struthof – Ph. : Temps noir – Au nom de la science et de la race – France 3

Diffusion prévue le 29 avril à 23h40, après le Grand Soir 3 sur France 3 et sur France 3 Alsace le 18 mai 2013 à 15h20.


Media(s) un autre regard est en sommeil. Les explications dans cet article Making of(f)!

La production TV qui inspire les autres formes de rencontres avec le public?  Retrouvez les nouvelles activités – Interventions, Conseil, formation… – de l’auteur sur Emmanuel Matt Accompagnement et sur les réseaux sociaux : Twitter @EmmanuelMatt et sur Facebook   

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)






0 commentaire


Soyez le premier à déposer un commentaire!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *