Coulisses des émissions

28 mai 2013

Futur par/by Starck sur Arte – Une grue sur un steadicam : Le Steadycrane déjà une réalité

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , , , , , , ,
Futur by par Starck Arte Elephant doc

Un bras de grue installé sur la base d’un steadicam? Des plans aériens à plus de 5 mètres de haut réalisables un peu partout sans grue lourde, sans autorisation de vol? Le Steadycrane, une création française utilisée pour la première fois en mars dernier sur le tournage de Futur par/by Starck diffusé mardi prochain sur Arte. Présentation.

Mardi 4 juin, Arte propose une soirée événement autour du documentaire de Gaël Leiblang et Peggy Olmi. Une heure 45 minutes « à la rencontre de visionnaires qui pensent et inventent le monde de demain ». Un voyage dans le futur réalisé par Gaël Leiblang avec pour guide Philippe Starck, ses interrogations et sa curiosité. Une coproduction Arte France / Elephant Doc

Voici la bande démo de ce documentaire associé à un dispositif second écran sur futur.arte.tv (sans les www!)

Avez-vous remarqué à 1′ sur les toits de Paris, à 1’11 dans un musée, des plans aériens?

Ils ont été réalisés grâce à une machinerie utilisée pour la première fois sur ce tournage, c’était en mars dernier. Le steadycrane a été créé en région parisienne par deux anciens ingénieurs du son passionnés par l’aéromodélisme : Bob Foresta et Christophe Appel, rassemblés dans leur toute jeune société : Aerodronic.

Voici le steadycrane en photo :

Présentation par Bob Foresta du Steadycrane Aerodronic

Présentation par Bob Foresta du Steadycrane Aerodronic

Il s’agit bien de l’association d’un steadycam (Harnais + Bras à ressorts) et d’une grue réalisée avec une perche son solide et légère à la fois.

Au bout du bras de la grue une « nacelle », un support gyrostabilisé à 360°pour une caméra HandyCam CX740 Sony Full HD, une caméra qui a la particularité d’être dotée une optique stabilisée dans un bain d’huile.

Les ressorts du bras du Steadycam, la nacelle gyrostabilisée, l’optique dans un bain d’huile et le savoir faire de l’opérateur, de quoi garantir une bonne stabilité aux images.

Bob Foresta et Christophe Appel ont comme d’autres commencé par développer il a plus d’un an leurs propres drones de tournage aérien. Des drones exploitables assez facilement un peu partout sauf à Paris où la Direction Générale de l’Avion Civile s’oppose à ce type de survol.

Ils ont donc eu l’idée de développer une grue qui puisse se déplacer extrêmement facilement et tout de même atteindre une hauteur de 5,5 mètres, et d’y adjoindre la nacelle 360° gyrostabilisée déjà développée pour leurs drones.

En effet, la perche du système mesure 5,20 m. 80 cm à 1 m sont placés à l’arrière du point d’axe. Il reste donc plus de 4 mètres de grue. En tenant compte de la taille du technicien (Bob Foresta) et on peut atteindre les 5,5 mètres. Du fait de sa légèreté, la caméra peut être transportée un peu partout et notamment comme dans Futur par Starck sur le bord du toit d’un monument parisien, ce qui serait impossible avec une grue classique même très légère.

Le duo du Steadycrane Aerodronic pendant le tournage de Futur par Starck sur les toits de Paris

Le duo du Steadycrane Aerodronic pendant le tournage de Futur par Starck sur les toits de Paris

Ainsi, en partant d’un point de vue au plus bas dans le vide jusqu’au plus haut on peu atteindre un dénivelé de 8 mètres. Une prouesse quasi impossible dans certaines conditions avec des grues même légères mais demandant un minimum d’espace et de temps d’installation. Un homme équipé d’un bras de grue peut plus facilement accéder à certaines zones de tournage.

Voici en bonus spécialement pour les lecteurs de Media(s) un autre regard un rush de tournage de Futur par Starck réalisé à Paris avec ce Steadycran qui illustre mon propos :

Des images au Steadycrane se réalisent à deux :

Le technicien réalise l’ensemble des mouvements de la perche déportée sur le bras « Steadicam » pendant que le cadreur (Christophe Appel) commande à la fois les mouvements de la nacelle qui supporte la caméra et contrôle le zoom de la caméra.

Christophe Appel aux commandes du Steadycrane Aerodronic (Tournage de Futur par Starck)

Christophe Appel aux commandes du Steadycrane Aerodronic (Tournage de Futur par Starck)

En effet, avec une télécommande d’aéromodélisme (2,4 Ghz) le cadreur commande à la fois les mouvements de rotation de la caméra dans sa nacelle (dont le tilt, le pan, Roll) mais aussi le zoom de la caméra et uniquement. Le reste des corrections image est réalisée en post-production.

A noter que Aérodronic n’a pas choisi le 5D comme « caméra » de base car même si elle offre des options d’images particulièrement recherchées, son optique est moins stable. Il est alors nécessaire en post-production de zoomer dans l’image pour corriger partiellement artificiellement sa stabilisation.

Par ailleurs, avec une autre fréquence (5,8 Ghz), le cadreur récupère en direct une image témoin de son cadre sur un écran installé sur la télécommande.

Futur par Starck - Image de l'équipe de tournage réalisée au Steadycrane

Futur par Starck – Image de l’équipe de tournage réalisée au Steadycrane

Le porteur du Steadycrane devrait lui aussi disposer dans l’avenir d’un écran de contrôle.

En mars 2013 lorsque Gaël Leiblang a fait appel à l’équipe d’Aerodronic, le système était encore en cours de développement.

D’autres évolutions sont d’ailleurs encore aujourd’hui en cours notamment pour améliorer toujours la stabilité de l’image. Il est en effet encore difficile de mélanger des mouvements de grue à un travelling réalisé en même temps par le porteur de la grue. Des mouvements de flèche de la grue peuvent alors se déclencher en début et fin de mouvement et qui ne peuvent être corrigés par la nacelle gyrostabilisée.

Le perfectionnement du système pourrait passer par la création d’un système identique (Bras de Steadycam + Bras de grue) mais installé sur un mât lui-même monté sur un fauteuil électrique totalement transformé. Le technicien de la grue serait installé sur le fauteuil qui pourrait se déplacer grâce  à une télécommande.

Par ailleurs un projet de grue stabilisée sur ventouse est en cours d’étude. Ce système permettrait d’installer le bras sur le toit d’une voiture.

Voici en bonus une compilation d’images réalisées avec ce Steadycrane lors du tournage d’un documentaire sur Montmartre pour France 5 :

Futur par Starck : Mardi 4 juin à 20h50 sur Arte


Media(s) un autre regard est désormais en sommeil. Les explications dans cet article Making of(f)!

Vous pouvez cependant continuer à suivre les commentaires sur l’actu TV sur le fil Twitter et sur mon compte personnel : @Emmanuelmatt

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)






0 commentaire


Soyez le premier à déposer un commentaire!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *