Coulisses des émissions

23 juillet 2013

L’arrivée du 100ème Tour de France : Les coulisses de sa réalisation par Jean-Maurice Ooghe

Monitoring général de la réalisation du Tour de France par Jean- Maurice Ooghe. Arrivée sur les Champs Elysées

5 motos, 2 hélicoptères, plus de 20 caméras au total dont plusieurs grues, une caméra aérienne CableCam 2D… Un final du 100ème Tour de France sur les Champs-Elysées réalisé en continu et sans dopage par Jean-Maurice Ooghe pour France 2 et France 3 de 17h40 à presque 23h. Ambiance pendant le direct dans le car régie Jumeau Lyon de la Filière Production

Les organisateurs du Tour étaient-ils pressés d’arriver sur les Champs-Elysées? En effet, le départ fictif de la dernière étape du Tour depuis le Château de Versailles a été donné avec quelques minutes d’avance sur l’horaire officiel du road book. Ce n’est qu’en observant l’accélération de l’activité sur la ligne de départ grâce aux images de la caméra moto 1 que Jean-Maurice Ooghe a décidé de lancer plus tôt que prévu le signal Eurovision de l’étape. Malgré cela il aura tout de même fallu couper la fin du sujet résumé de l’étape précédente pour ne pas rater le départ.

Aucune chaîne n’aura probablement diffusé ce départ, tous aussi surpris que l’équipe France Télévisions dans le car régie. Au même moment, sur France 2, dans le car régie du signal privatif, le car Chalenger Toulouse sorti il y a seulement quelques mois des ateliers, consigne était alors donnée à Céline Géraud de passer directement au plateau de fin de Stade 2. Il fallait vite rendre l’antenne et passer au direct de l’étape.

Les chefs de chaîne et les équipes de production de France TV Sport sont habitués à ce type de changement de dernière minute en direct et savent s’adapter. Il y aura par ailleurs pas moins de 2 bascules antenne entre France 2 et France 3 à gérer pour permettre la diffusion en intégralité de cette dernière étape.

Par contre à 16h30, un peu plus d’une heure avant le début du direct, les équipes de productions étaient bien plus inquiètes. En effet, aucun signal des trois caméras installées spécialement à l’Etoile pour suivre le contournement de l’Arc de Triomphe par les coureurs n’arrivait au car régie.

Pour réaliser le parcours du Tour de France dans Paris, les équipes de France Télévisions ont commencé à installer dès mercredi des km de fibre dans les égouts de Paris, entre les caméras sur les Champs-Elysées, celles à la Concorde, celle derrière la statut de Jeanne d’Arc et le car régie. Par contre, pour l’Etoile, le choix technologique était différent. Les signaux des trois caméras (une grue, une caméra au sommet de l’Arc de Triomphe et une caméra dans l’axe des Champs) étaient centralisés dans une petite camionnette avant de partir via une fibre Orange jusqu’au car régie France Télévisions dans la Zone média le long des Champs-Elysées. Et c’est cette fibre qui est tombée en panne.

A quelques minutes du direct cependant elle était réparée et sécurisée par l’envoi sur place d’un car ENG de diffusion satellite secours. L’ensemble du dispositif aura parfaitement fonctionné pendant la soirée.

Arrivée du Tour de France : Le dispositif de Jean-Maurice Ooghe à la Place de l'Etoile à Paris

Arrivée du Tour de France : Le dispositif de Jean-Maurice Ooghe à la Place de l’Etoile à Paris

A gauche la grue (15) en sortie du tour de l’Arc de Triomphe. On aperçoit aussi en hauteur la série de vidéo-projecteurs utilisée ensuite lors du spectacle final nocturne (une autre dizaine de vidéoprojecteurs étaient aussi installée de l’autre coté de l’avenue). Au centre, la caméra centrale (14) installée en haut de l’avenue face à l’Arc de Triomphe, au centre de la chaussée. A droite un couloir de circulation dédié uniquement à une moto pour des plans de travelling aux cotés des coureurs pendant leur tour complet du monument.

Pas de photo de la caméra sur le toit difficilement visible depuis le sol, mais voici quelques exemples des images de ces caméras :

Tour de France, les images des caméras autour de l'Arc de Triomphe. Réalisation Jean-Maurice Ooghe

Tour de France, les images des caméras autour de l’Arc de Triomphe. Réalisation Jean-Maurice Ooghe

Au centre une vue aérienne avec l’hélicoptère. On y aperçoit bien le couloir de circulation de la moto 4 qui s’est peut-être avéré être un peu trop éloigné des coureurs. Pas facile de choisir entre un gros plan des coureurs ou un plan de l’Arc de Triomphe dans toute sa hauteur. Pour les gros plans les caméras motos au cœur du peloton étaient toujours disponibles.

Les images de la grue (15) ont été particulièrement payantes comme celle de la caméra centrale (14) qui pouvait aussi suivre les coureurs lors de leur retour sur les Champs-Elysées. Je ne crois pas que Jean-Maurice Ooghe l’ait retenu mais cette caméra a aussi proposé un joli plan des coureurs vu à travers le centre de l’Arc.

Enfin la caméra (7) sur l’Arc de Triomphe a permis un plan aérien dans l’axe opposé de la caméra aérienne, le fameux système CableCam 2D (9) dont je vous ai raconté l’installation au dessus de la place de la Concorde dans un précédent article.

En bonus voici le CableCam ACS France en action avant l’arrivée du peloton :

Les images qu’elle a proposées tout au long du direct ont été je crois très appréciées par les téléspectateurs. Quelques-uns d’entre-vous sur Twitter auraient semble-t-il espéré plus de rapidité de mouvement (c’était possible) et des effets plus spectaculaires. Peut-être était-ce un choix de réalisation mais il ne faut surtout pas oublier qu’il a été impossible de répéter quoi que ce soit avant l’arrivée des coureurs en direct. Le cadreur et le pilote du Cable Cam ont bien testé et préparé une série de mouvements et d’effets dans l’après-midi mais difficile de se faire une idée avant l’arrivée des coureurs pour 10 tours de Paris. Aurait-il fallu tenter un plan plus spectaculaire au bout d’un ou deux tours?

Dans la cour du Louvre, une autre caméra (via la moto 5) avait été installée sur un praticable le temps du passage des coureurs. Jean-Maurice Ooghe voulait ainsi nous proposer un plan des coureurs devant la pyramide du Louvre. La présence du public nombreux, debout et donc à hauteur des coureurs, a rendu le résultat peut-être moins efficace qu’espéré.

Enfin, contrairement à ce que j’avais déjà annoncé en avant première en mai, pas d’autorisation d’un plan très bas de l’hélicoptère lors du passage du Pont de Alexandre III.

Pour le reste, le dispositif correspondait bien à celui que je vous avais annoncé avec l’ajout des caméras à l’Etoile, du CableCam à la Concorde et la présence d’une caméra au Louvre.

Pour vous donner une idée du dispositif complet, voici tout d’abord le plan de caméras de 2012 : (La numérotation n’est plus tout à fait la même en 2013)

Plan de caméras Officiel de l'Arrivée du Tour de France sur les Champs Elysées

Plan de caméras Officiel de l’Arrivée du Tour de France en 2012sur les Champs Elysées

Et ici les rajouts en 2013 pour le 100ème Tour de France :

100ème Tour de France - Nouveautés du plan de caméras de Jean-Maurice Ooghe - France TV Sport

100ème Tour de France – Nouveautés du plan de caméras de Jean-Maurice Ooghe – France TV Sport

Le CableCam a par ailleurs remplacé une grue et une caméra sur nacelle présentes en 2012. Cependant, pas sécurité et pour enrichir sa réalisation, Jean-Maurice Ooghe a envoyé une caméra HF portable supplémentaire (18) à la Concorde en descente des Champs-Elysées.

Voici quelques unes des caméras filaires présentes sur le parcours à Paris :

Arrivée du Tour de France à Paris : Différentes caméras sur nacelles et grues sur les Champs Elysées

Arrivée du Tour de France à Paris : Différentes caméras sur nacelles et grues sur les Champs Elysées

Sur ces photos prises avant l’arrivée des coureurs : En haut à gauche une caméra sur nacelle qui a ensuite été placée en hauteur au centre de la chaussée pour réaliser des plans en montée (13) et en descente, la caméra étant alors numérotée (16) pour plus de facilité sur le monitoring en régie.

En haut à droite, une caméra sur nacelle non loin de la ligne d’arrivée (la 10 probablement). Elle devait aussi être placée en hauteur un peu plus tard. A ses cotés, pas encore non plus placée, une caméra Loupe pour les ralentis.

En bas à gauche, le CableCam (9) et à droite une grue Pegasus qui ne sera utilisée que lors de la cérémonie du protocole.

Et oui cela en fait des caméras et des images sur le monitoring général du car régie :

Etape finale du 100ème Tour de France : Gros plan sur les images des caméras de Jean-Maurice Ooghe

Etape finale du 100ème Tour de France : Gros plan sur les images des caméras de Jean-Maurice Ooghe

J’ai choisi pour cet article de ne pas ajouter de cadres ou de numérotation sur les photos. Elles sont bien plus belles ainsi, non?

Je vais tout de même vous aider à lire ce monitoring.

Au centre, comme toujours, deux écrans principaux. A gauche le ProGraMme (PGM) l’image à l’antenne au moment de la photo (une image de la moto 4 dans son couloir de circulation). A droite le Preview, l’image que le réalisateur va probablement enchaîner, souvent en fondu. (Une caméra de l’hélico).

Sous ces deux écrans, les images des caméras HF : les motos de 1 à 5. Après avoir couvert le début de la course au milieu du peloton, la moto (4) avait quitté les coureurs pour rejoindre l’Arc de Triomphe et son couloir de circulation.



style= »display:inline-block;width:336px;height:280px »
data-ad-client= »ca-pub-4136538743839209″
data-ad-slot= »9372639373″>

La moto (5) en contre jour est alors installée dans son couloir de circulation traditionnel au milieu de la chaussée sur le bas des Champs-Elysées. Quelques minutes plus tôt c’était elle qui réalisait le plan fixe depuis un praticable au Louvre.

L’image de l’hélico 1 (H1) est à gauche du PGM.

Sur les lignes du haut du monitoring, les images des caméras installées dans Paris dont (à droite) celle du plateau commentateurs.

Élargissons un peu le plan et revoyons ce monitoring alors que les coureurs étaient encore non loin de Versailles :

Monitoring général de la réalisation du Tour de France par Jean- Maurice Ooghe. Arrivée sur les Champs Elysées

Monitoring général de la réalisation du Tour de France par Jean- Maurice Ooghe. Arrivée sur les Champs Elysées

Vous remarquez qu’au moment de la photo c’est l’image de l’hélicoptère 2 (H2) qui se trouve à la place de l’image de la caméra moto 5 utilisée uniquement dans le centre de Paris quand l’hélico 2 aura fini sa mission.

Voici sur cette vidéo de quoi regarder de plus près ce monitoring à un autre moment de la course. (Je sais que vous aimeriez toujours voir les photos de plus près! Il est vrai qu’il y a tant de détails à observer, de choses à comprendre)

Aux commandes de toutes ces images, Jean-Maurice Ooghe, le réalisateur du signal international mais aussi du signal privatif France Télévisions. Sur la photo précédente vous pouviez voir en haut, à gauche le signal international destiné à toutes les autres chaines diffusant le Tour de France et à droite le signal privatif France 2 ou France 3 (selon les heures), un signal habillé par du contenu supplémentaire et adapté au public français.

Ainsi dans ce signal privatif, souvent en fenêtre, on pouvait découvrir des interviews à moto, des images réalisées avec des drones, des plans aériens plus longs, des images des commentateurs, des sujets etc.

Voici comment est organisé Jean-Maurice Ooghe pour réaliser à la fois le signal international et le signal privatif :

Jean- Maurice Ooghe aux commandes de la double réalisation du Tour de France dans le car France Télévisions

Jean- Maurice Ooghe aux commandes de la double réalisation du Tour de France dans le car France Télévisions

Installé face au mur d’images il domine la régie.

Derrière lui, l’équipe de production et rédactionnelle dont Fabrice Colin et devant lui l’équipe technique très importante. Au fond de l’image, l’équipe de la vision qui a eu beaucoup de travail pour gérer la tombée de la nuit, les contre-jours sur toutes les caméras. A leur coté les opérateurs magnétos/serveurs pour l’envoi des petits sujets et des ralentis.

Au premier plan au plus près du monitoring, de gauche à droite, Ronan Pensec ancien coureur cycliste reconverti en consultant. Il suit les actions de la course et guide ainsi éditorialement la réalisation de Jean-Maurice Ooghe. A sa droite (chemise à pois rouges) Martine, la scripte dont les missions sont multiples. A ses cotés (moins de cheveux!) le pupitreur, celui qui commute sur le mélangeur, qui passe d’une image à une autre selon les ordres de Jean-Maurice Ooghe. C’est lui qui concrètement, techniquement, réalise le signal international en écoutant le réalisateur : Attention la moto 1, Top la moto 1… Mets moi l’hélico H2 dans le Preview. Top fondu… etc.

A la droite du pupitreur image, comme vous l’avez vu dans la vidéo, on trouve un truquiste et encore à droite un opérateur synthé.

Le truquiste gère l’ensemble des moyens de réalisation mais il a aussi une fonction spécifique, il prépare les différentes fenêtres du signal privatif France Télévisions selon les demandes de Jean-Maurice Ooghe.

Mais c’est ensuite Jean-Maurice Ooghe qui réalise concrètement le signal privatif France 2 ou France 3. Ainsi, devant lui sur un pupitre fabriqué spécialement, il dispose aussi d’un mélangeur qui lui permet d’habiller le signal privatif France 2/France 3, de mélanger le signal international et les images d’autres caméras, de sujets, pour France Télévisions.

Au moment de la photo, on voit le signal privatif sur le petit moniteur à gauche sur son pupitre. Il mélangeait alors le signal international (fenêtre de droite) et l’image d’une interview depuis la Concorde (fenêtre de gauche).

Il faut donc de l’agilité avec les doigts mais aussi et surtout intellectuellement pour penser à la fois à la réalisation du signal international et à celui pour France Télévisions et ce pendant plusieurs heures.

En effet, à chaque bascule antenne entre France 2 et France 3 il faut remontrer les commentateurs qui font un résumé de la situation dans la course, on montre aussi en surimpression le tableau des maillots et parfois le classement général. Ensuite il faut penser à diffuser les images des drones au bon moment, mélangées aux images des hélicos. Il y aussi des petits sujets produits par ASO, par l’INA et par France Télévisions à diffuser sans oublier les plateaux de Gérard Holtz en début d’étape et les coupures et retours pub. Il ne faut pas se rater!

Pour l’aider, Jean-Maurice Ooghe compte sur sa scripte qui connait comme lui le parcours par coeur. Tout a d’ailleurs été noté pendant les repérages de chaque étape il y a quelques mois sur un énorme roadbook. Sont notés tous les lieux et monuments à montrer, les synthés à afficher etc. Par ailleurs, Jean-Maurice Ooghe est souvent informé à l’avance, parfois le matin même, des animations prévues par les spectateurs ou mairies le long des parcours. De quoi les montrer avec les hélicos.

La scripte lui rappelle toutes ces informations et suit la pose de synthés tout au long des étapes…

Pendant les 10 tours des Champs-Elysées son travail est totalement différent. Jean-Maurice Ooghe compte sur elle pour l’informer avec anticipation des caméras qui proposent des images exploitables. Il peut alors choisir parmi celles-ci.

Pendant les étapes traditionnelles, hors ligne d’arrivée, le réalisateur travaille quasi exclusivement avec les caméras motos et les deux hélicos. Dès le premier tour dans Paris, s’ajoute une dizaine de caméras qui doit permettre de suivre le peloton et les quelques échappées. On n’est pas trop de deux pour voir quelle caméra enchaîner à une autre.

Près d’une heure trente très intense au cœur de Paris et plus riche à filmer que l’heure passée dans la banlieue parisienne! Quand on a montré l’église et quelques bâtiments remarquables de grandes entreprises dans telle ou telle ville le décor n’est pas particulièrement intéressant à montrer en hélico. Dès que possible, profitant des longues focales Jean-Maurice Ooghe demandait alors à ses cadreurs hélico de montrer des vues de Paris pour faire oublier ce long cheminement à travers la banlieue d’autant plus que le rythme de la course est rarement intense avant l’entrée dans Paris.

J’espère par cet article vous avoir donné les clé pour comprendre tout le travail de réalisation du Tour de France et de cette étape spéciale, comme j’ai tenté de le faire pendant le direct sur Twitter.

Un grand merci tout particulier à Jean-Maurice Ooghe sans qui je n’aurai sans doute pu accéder à ce car pendant plusieurs heures dimanche. Merci pour sa confiance. J’ai été ravi de faire sa connaissance tout au long des 4 années d’existence de Media(s) un autre regard, sur le Tour de France mais aussi lors de plusieurs Téléthon.

Bilan des audiences : 

Le Tour de France a été suivi par près de 24 millions de Français sur France Télévisions (contre 22,3 millions en 2012). Cette 100ème édition du Tour a attiré en moyenne, tout au long des 21 étapes, 3.5 millions de téléspectateurs pour 33.7% de PdA sur France 2 et France 3, soit un score en nette progression par rapport à 2012.

Sur France 2
Les 21 étapes du Tour 2013 ont rassemblé sur France 2 en moyenne 3.9 millions de téléspectateurs pour 38.9% de PdA.
Dimanche 21 juillet, ce sont en moyenne 5.6 millions de téléspectateurs pour 27.9% de PdA qui étaient devant France 2, leader de la soirée toutes chaînes confondues, pour vivre cette exceptionnelle et inédite arrivée du Tour en nocturne, suivie d’un spectacle féérique sur l’Arc de Triomphe durant les différents podiums.
Les retransmissions de l’après-midi sur France 2 ont réuni en moyenne plus de 3.8 millions de téléspectateurs (meilleur score depuis l’édition 2011) pour 40.5% de PdA (meilleure PdA depuis 2005), plaçant chaque jour la chaîne en tête des audiences toutes chaînes confondues.

L’audience du Tour a été crescendo tout au long des 3 semaines de course :
– en moyenne 3.4 millions de téléspectateurs et 38.5% de PdA durant la 1ère semaine
– en moyenne 3.6 millions de téléspectateurs et 39.1% de PdA durant la 2ème semaine
– en moyenne 4.6 millions de téléspectateurs et 39.8% de PdA durant la 3ème semaine

Cette édition 2013 a été marquée par plusieurs audiences exceptionnelles :
– 6.2 millions de téléspectateurs (50.4% de PdA) pour l’étape Givors / Mont Ventoux, le dimanche 14 juillet, avec un pic d’audience à 7.8 millions de téléspectateurs lors de l’arrivée. Il s’agit de la meilleure performance en nombre de téléspectateurs pour une étape du Tour sur France 2 depuis l’édition 2005.
– 51.3% de PdA (70.5% sur les hommes) pour l’étape Gap / Alpe d’Huez, le jeudi 18 juillet, soit la meilleure part d’audience sur France 2 pour une étape du Tour depuis 2011.

Sur France 3
Les étapes de ce Tour 2013 ont fédéré en moyenne sur France 3 près de 2.9 millions de téléspectateurs pour 24.8% de PdA.
Les retransmissions en début d’après-midi ont rassemblé en moyenne 2.8 millions de téléspectateurs pour 25% de PdA, (soit la meilleure PdA pour les étapes du Tour sur France 3 depuis l’édition 2004).
On notera également une excellente performance le dimanche 14 juillet, avec près de 4.4 millions de téléspectateurs pour 35.9% de PdA pour l’étape Givors / Mont Ventoux. Hier soir, dimanche 21 juillet, ce sont 3,8 millions de télespectateurs (21,8 % de PdA) qui étaient sur France 3 entre 20h et 20h40 pour suivre les premiers passages du peloton sur les Champs Elysées.

Les Magazines consacrés au Tour : 
L’émission Village Départ, présentée sur France 3 par Laurent Luyat, a réuni cette année en moyenne 1.2 million de téléspectateurs pour 10.1% de PdA, en nette progression par rapport à l’édition 2012 avec, en particulier, un record d’audience le 6 juillet avec près de 1.9 million de téléspectateurs.
Le Film du Tour, présenté tous les jours sur France 3 par Benoît Durand, a rassemblé quant à lui en moyenne chaque soir 2.4 millions de téléspectateurs pour 12.9% de PdA.
L’Après Tour, présenté par Gérard Holtz sur France 2 après l’arrivée de chaque étape, a été suivi en moyenne par 1.9 million de téléspectateurs pour 20% de PdA, avec notamment 2,7 millions de téléspectateurs le jeudi 18 juillet après la victoire de Christophe Riblon à l’Alpe d’Huez.
Stade 2 a enregistré également de très bonnes audiences durant ce Tour 2013, avec en moyenne 2.5 millions de téléspectateurs et 24.6% de PdA pour les 4 émissions présentées par Céline Géraud en direct du Tour. L’émission a notamment enregistré, le dimanche 14 juillet au Ventoux, son meilleur score en part d’audience depuis 2012, avec 29% de PdA.

(Informations du Service presse France TV Sport à partir de chiffres Médiamétrie)

A lire aussi : 
Pour tout savoir sur le dispositif de réalisation du Tour de France, les hélicos, les motos, les avions… Le Tour de France, les coulisses, le dossier


Media(s) un autre regard est désormais en sommeil. Les explications dans cet article Making of(f)!

Vous pouvez cependant continuer à suivre les commentaires sur l’actu TV sur le fil Twitter et sur mon compte personnel : @Emmanuelmatt

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)






9 commentaires


  1. Romuald Levieuge

    Merci pour ce bel article Emmanuel!! Très détaillé, Bravo.
    Signé: Le cadreur de la grue 15… @ bientôt!


  2. Bruno TIRTAINE

    Merci pour cet article très détaillé, c’est passionnant à lire.

    Juste une question : lors de l’arrivée du tour de France dimanche dernier, la réalisation n’aurait-elle pas été possible depuis les locaux de France Télévisions ? Pourquoi utiliser un car régie à quelques centaines de mètres de la maison-mère ?

    Encore merci ! :)


    • Vous faites sûrement référence aux JO de Londres réalisées depuis Paris en 2012 comme je l’avais raconté ici.

      Pour le Tour de France les cars régies ont suivi la course pendant 3 semaines. Ils ont été équipés et paramétrés pour cela. Autant les utiliser aussi pour la dernière étape même si elle est réalisée à Paris.

      Par ailleurs il aurait plus coûteux de transférer les signaux de toutes les caméras fixes. France Télévisions est à plusieurs km des Champs-Elysées


  3. Amateur

    Respect pour ton job



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>